Studio : Bowie, Heroes3 min de temps de lecture

Fripp, Eno & Bowie DR Visconti

 

Comment la guitare de Robert Fripp a été enregistré sur Heroes ?

 

La disparition de David Bowie fait légèrement penser à celle d’Obi-Wan Kenobi. Il part en toute conscience, il n’est plus ici mais sa présence est, et sera, toujours là. Ses chansons occupent les Charts et quelques pépites font surface, comme cette vidéo dans laquelle Tony Visconti, son producteur, explique comment a été enregistrée la célèbre partie de guitare de Robert Fripp sur Heroes.
 

 

 

« Heroes” a été écrit deux semaines avant que Fripp n’arrive. Nous avons enregistré la piste d’accompagnement, et c’est l’une des rares fois où David a joué du piano en direct. Brian Eno était avec moi dans la salle de contrôle. Nous ne savions pas vraiment ce que nous avions. Il n’y avait encore pas de paroles, le morceau ne s’appelait pas « Heroes « . En fait il n’avait pas de nom.

 

Finalement nous avons eu quelque chose où l’on pouvait se dire : « cette partie pourrait être un couplet, celle-là pourrait être un refrain », et à ce moment-là nous avons eu besoin de travailler sur la guitare. Fripp n’était disponible que sur un week-end, il est donc venu à Berlin avec sa guitare, sans amplificateur. Il a enregistré sa guitare au studio, et nous avons joué la piste très très fort parce qu’il comptait sur le feedback des moniteurs studio. C’était assourdissant de travailler avec lui.

 

Tout le monde pense qu’il s’agit d’un ebow (gadget pour guitare), en fait, il n’y a aucun ebow, mais seulemement les retours de ce que jouait Fripp, ce superbe motif “dah uhhhh dahh uhhh”. Fripp a enregistré une seconde fois sans écouter la première prise. Elle était un peu plus cohérente, mais pas encore assez bien, alors il a dit: “Permettez-moi de recommencer. Donnez-moi une autre piste. Je vais le refaire ». Nous avons coupé le son des deux premières pistes et il en a fait une troisième qui était vraiment super bien. Il nous a scotché.

 

Alors j’ai eu cette brillante idée : je leur ai dit, “attendez, écoutons ce à quoi cela peut ressembler avec les deux autres pistes, on ne sait jamais”. Nous avons donc joué les trois pistes ensemble. Je rappelle que Fripp n’avait pas entendu les deux autres pistes quand il enregistrait sa troisième, il n’avait aucun moyen d’être synchronisé, et étrangement il l’était.  Ses petits tressauts désaccordés fonctionnaient soudainement avec les pistes de guitares précédentes. Il a obtenu une qualité qu’aucun d’entre nous ne pouvait imaginer. c’était comme en rêve, la qualité des lamentations, presque comme un pleur en arrière-plan. Nous étions totalement sidérés.

 

Je dois souligner, comme Marc Bolan, que David n’aime pas passer beaucoup de temps en studio. Il ne croit vraiment qu’aux moments “zen”. Pour lui, les accidents sont plus importants que la perfection d’un travail, et je suis totalement d’accord avec lui.

 

Nous nous sommes regardé les uns les autres, il y avait seulement Fripp, Brian Eno et moi dans le studio, et David, bien sûr. Nous nous sommes donc seulement regardé. Nous ne pouvions juste pas en croire nos yeux tellement ça fonctionnait, c’était d’une incroyable beauté.
 

 

Source OriginalFuzz