LP : Gathered Between2 min de temps de lecture

 

Gathered Between est le cinquième album studio de Dday One, à paraître sur The Content Label. Si le producteur signe son retour après dix ans de silence, il démontre que son cerveau fonctionne toujours bien : l’album qui était un chapitre perdu de sa discographie a été déterrée des oubliettes par un exceptionnel travail de mémoire…

 

Les morceaux de Gathered Between sont initialement enregistrés après “Migration Lourd”, le second album de Dday One (Udeze Ukwuoma), producteur de Los Angeles passionné par le hip-hop instrumental. Seulement une panne de disque dur condamne sévèrement la sortie du disque… Début 2015 l’artiste écoute une vieille démo de son album, il se dit que c’est trop bête de ne pas en faire quelque chose et se décide à reconstruire complètement l’ensemble à l’aide de sa mémoire, de ses sampleurs et de ses boîtes à rythmes. Il fouille alors dans ses bacs pour retrouver chaque samples, tel un archéologue de l’audio, il re programme l’album morceaux par morceaux, beat par beat.

 

 

Construit à partir de centaines d’échantillons, l’album est comme une tapisserie du passé, l’auditeur y projette ses souvenirs comme son avenir. Le disque invite au voyage, les crépitements de vinyle accompagnent la mélancolie des trompettes et des pianos, une basse fait swinguer les breaks et des voix désincarnées s’emparent de nos humeurs… «One Another», est un air d’unification qui n’est pas sans rappeler les productions de Pete Rock, et si les rythmes “crunchy” et bouillonnants de ‘Alchemy Loop’ évoquent l’esthétique de l’âge d’or, ils nous élèvent dans une nouvelle dimension. La stratification des échantillons est complexe mais pas élitiste. L’artiste soigne les détails, le hip-hop de Dday One se savoure comme l’on se délecte du registre “abstrait” autrefois revendiqué par DJ CAM ou DJ KRUSH… Morceaux préférés : Memento Mori et Contact.

 

DR Dday One

 

Gathered Between a été masterisé par Janne  » Fanu  » Hatula (Bill Laswell, Damu Le Fudgemunk, Klute…). La photo de la couverture est signée Andrew Parmi. Cette image de l’oiseau qui vole entre deux constructions, ancienne et moderne, a été choisi par Dday One pour symboliser la combinaison de la nature et de l’architecture, mais aussi pour symboliser la transition de cet album d’abord perdu, puis retrouvé… 

Le disque est disponible en vinyle série limitée (400 copies + Digital + CD), à partir du 25 mars. A must have !