ISOLA de Fabianny Deschamps4 min de temps de lecture

Deux ans après avoir présenté New Territories à Cannes, Fabianny Deschamps est à nouveau présente dans la sélection de l’ACID pour “ISOLA”, son second long métrage.

 

Ce film est l’histoire de Dai, une jeune Chinoise échouée sur une île et qui vit seule dans une grotte en attendant deux personnes : son enfant qui arrondit chaque jour un peu plus son ventre et son mari, avec comme décor un port agité par l’arrivée quotidienne de centaines de migrants…


Le film“Isola conte les parcours absurdes et cruels des mouvements migratoires d’aujourd’hui. Une histoire faite de rêve mais sans féerie qui s’écrit chaque jour, ici et maintenant, aux portes de l’Europe. (Fabianny Deschamps)”

“Frontière”. Ce terme la réalisatrice le connaît bien. Son premier long-métrage, New Territories, est d’ailleurs axé autour de cette thématique avec la frontière entre les pays, entre les classes sociales, entre la vie et la mort, entre des mondes fantasmagoriques… Yilin Yang, l’actrice qui prête sa voix au personnage de Li Yu dans New Territories, est présente dans Isola. Elle interprète Dai, une Chinoise clandestine à Lampedusa et en Sicile, au coeur des boats people. Egalement présent sur les deux films, le talentueux Olaf Hund, avec une musique en suspension, envoutante.
 
Film : ISOLA image du film

Le pari de ce nouveau film est de travailler des images réelles, d’y faire interagir les acteurs, souvent en cachette, et à partir d’une matière d’actualité faire un autre type de film fantastique.

Lors de notre entretien à la sortie en salle de New Territories, fin 2015, Fabianny Deschamps évoquait déjà ce nouveau film, sur lequel elle travaillait encore :

Il s’agit d’un film de fiction avec de vives incursions documentaires au milieu des débarquements de migrants et des centres de retentions. Le pari de ce nouveau film est de travailler des images réelles, d’y faire interagir les acteurs, souvent en cachette, et à partir d’une matière d’actualité faire un autre type de film fantastique. Évidemment il y a une absurdité qui est le déclencheur du décalage, du regard du film, c’est de mettre une Chinoise clandestine qui n’a pas pu arriver par le même bateau bien évidemment, voire même par aucun bateau, elle se retrouve propulsée au milieu d’autres migrants dans d’autres problématiques. L’idée est de faire de cet endroit une espèce d’île métaphorique, un peu comme une espèce de Babel où les cultures s’entrechoquent, où tout le monde se parle mais où personne ne parle la même langue. D’où ce joli choc culturel d’une Chinoise à Lampedusa. Pour le tournage on est entré dans les bases militaires avec des fausses cartes de presse, ça marchait encore il y a plus d’un an…
 
Si “tout ce qui a un début a une fin”, l’inverse fonctionne également. Quand New Territories raconte la mort par le biais d’un scandale autour de disparitions en Chine, Isola évoque une grossesse au coeur des migrations. Plutôt que de regarder le sien, Fabianny Deschamps observe le nombril de l’humanité. Une grande partie du cinéma Français pourrait en prendre de la graine.
 
Film : ISOLA image du film

Extraits du texte de soutien de l’ACID :

 

La puissance du film permet par la fiction, de voir ces images – réelles – comme on ne les a jamais vues. La trajectoire de Dai se déploie alors avec fulgurance dans cet espace insulaire, miroir de l’enfermement de notre société. Dai s’y invente un monde à elle, avec douceur et rêverie, pour survivre. Elle prend vie, arpente les lieux où sont accueillis les réfugiés. Jamais ni ce personnage de fiction, ni la cinéaste ne s’adressent à eux et c’est là, la grande force du film, ne pas « recueillir » leurs témoignages (…) Isola nos pose la question du réel, de notre rapport à l’image, aux images de ces gens qui affluent par milliers, fuyant les guerres et la misère… (Régis Sauder et Coco Tassel, cinéastes).

 

ISOLA, un film avec Yilin Yang, Yassine Fadel, Enrico Roccaforte, Dimitri Sani, et Alessio Barone. La date de sortie en salle est encore inconnue, pour les projections à Cannes rendez-vous le vendredi 13 mai : 11h00 (Studio 13) ; 20h00 (Arcades 1) ; 22h30 (Arcades 2).

Son : Alexandre Hecker
 
Film : ISOLA selection acid