Naomi Shure sings "And I Am Telling You I'm Not Going..."

Fake à l’investiture de Trump !7 min de temps de lecture

HATERS VS FAIL : UNE JEUNE CHANTEUSE RATE SA PRESTATION LORS DE L’INVESTITURE DE TRUMP, SAUF QUE CETTE VIDEO DATE DE 2010

Depuis quelques jours les internautes découvrent, et partagent, sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle une jeune femme massacre la chanson « And I Am Telling You I’m Not Going » lors du spectacle donné pour l’investiture du nouveau président américain, Donald Trump. Sur Facebook les partages proviennent essentiellement d’un post du 17 janvier, depuis la page de Joey Starr. La vidéo FAIL est également publiée sur son compte Instagram, il s’agit d’ailleurs d’un repost du compte l’artiste hip-hop Sulee.b.wax. Ce dernier l’a pioché chez Djefeezy qui l’a depuis retirée.

 

Vu plus de 34 mille fois et commenté 290 fois à ce jour sur le compte Instagram du Jaguar, c’est environ 3000 appréciations, 1 400 commentaires et surtout plus de 2800 partages de plus avec son profil FB, ce qui engage évidemment de nouvelles actions. Dans l’ensemble tout le monde se marre bien et des internautes pensent que les fausses notes de la chanteuse sont finalement assez raccord avec les idées de Trump.

 

Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook
Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook
Certains sont moins agressifs…

 

Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook

 

Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook

 

D’autres sont un peu plus malins…
 
Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook
Une nouvelle star à l’investiture de Donald Trump ? commentaire Facebook

En effet, cette performance n’a rien à strictement voir avec le show d’investiture, elle a eu lieu sept ans plus tôt… En 2010 Naomi Shure est Miss Lake Dardanelle, en compétition pour devenir Miss Arkansas. Le titre est remporté par Alyse Cynthia Eady qui se hisse également au titre de première dauphine de Miss America 2011. Depuis sept ans, l’aspect viral de la “performance” de Naomi Shure est comparable à une petite grippe qui réapparaît chaque année à la même période, et notamment quand le titre de Miss Arkansas est remis en jeu.

 

Au fil des années la jeune femme s’est habituée au Bashing nauséabond des Internets. En 2015 elle se fend d’une nouvelle vidéo, Redemption, avec bien plus de justesse elle y interprète la même chanson et encourage quiconque à poursuivre ses rêves et ses passions sans tenir compte des haters cachés derrière leurs écrans. Toujours installée en Arkansas elle dirige Shure Creations LLC, un business consacré aux décorations murales, inspiré par le travail de son père décédé en 2013.

 

POURQUOI EST-ELLE ASSOCIÉE A L’INVESTITURE DE TRUMP ?

 

Peu importe les choix politiques de la jeune femme et les goûts musicaux du businessman, Ils ont un point commun, le “bashing” dû à une forme d’amateurisme. En amont de la cérémonie d’investiture, nombreux sont les artistes qui refuse de s’y produire, l’équipe de Trump sollicite même le chanteur Moby, fervent démocrate… Devant les nombreuses déceptions de ces dernières élections, des internautes qui n’ont pas oubliés Naomi Shure proposent qu’elle soit du spectacle.
 

Si on ne la découvre que depuis quelques jours dans l’hexagone, c’est peut-être parce que lors du show de 2007 les Français sont encore peu nombreux à être inscrits sur Facebook créé trois ans plus tôt. L’Amérique se souvient bien d’elle, enfin surtout de son FAIL au concours de miss puisque la vidéo traverse l’orbite du web au moins une fois par an. Sauf que ce coup-ci, et malgré elle, elle est associée à Trump… La vidéo est même détournée, probablement sur le ton de l’humour, les auteurs expliquent qu’il s’agit de la fille du nouveau président, Tiffany Trump, également chanteuse (?), qui remplace Jennifer Holiday au pied levé, lors de la répétition pour le gala de papa…
 
Quelques jours de partages et de bashing en plus, le petit buzz se propage dans les fils d’actualité, il est plus puissant lorsqu’il est partagé par des personnalités appréciées par les internautes. Joey Starr ironise envers l’actualité politique outre-Atlantique, mais le fait de ne pas préciser que cela puisse être une forme de hoax incite ses abonnés à penser que c’est la vérité. Hormis de rares exceptions où le doute est abordé, les participants plongent tête baissée dans un torrent de vannes et de méchancetés :

« C’est surement grace à ses parents fortunés qu’elle à eu le job » ; « Trump, sans expérience politique ni formation à trouvé une chanteuse à son image… » ; « Trump a trouvé son ministre de l’inculture » ; « Faux, kitch, obsolète,suranné…oh la là retour vers le futur postérieur… on se croirait à Limoges en 1970 pour les sélections Miss France…! » ; « peut-être que donald trump là attrapée par la chatte comme il dit! (Grab her by the Pussy), c’est peut-être pour cette raison qu’elle chante très mal? lol« .

Certes monsieur et madame Michu n’ont pas toujours le temps de vérifier l’information, mais comment imaginer qu’un tel FAIL à cet événement ne soit ni annoncé dans la presse, ni en boucle sur les chaînes d’information en continu. Si dans la forme on se moque assez naturellement de la prestation, et de Trump, dans le fond il s’agit de ce bon vieux Bashing envers l’Amérique, qui se pratique comme une respiration avant de, peut-être, balayer devant sa propre porte.
 
Il ne faut pas négliger les fake et les rumeurs, ils ont accompagné la campagne, et l’élection, de Trump. Les Français ont souvent tendance à se moquer des Américains. Il suffit de tendre l’oreille pour régulièrement entendre : “ils sont bien cons ces Ricains…”, mais la façon dont les Français traitent l’information est-elle meilleure ?
 
Des images tournées en Amérique montrent parfois la difficulté de certains Américains à situer un pays sur la carte du monde, certains pensent même que Paris est un pays. Ici ces images font beaucoup rire, mais combien de Français savent replacer les états d’Amérique sur la carte ? Combien sauraient situer correctement les pays de l’Europe de l’Est ?
 
Les concours de miss sont souvent moqués, et parfois décriés pour des raisons légitimes de sexisme. Seulement les jeunes américaines y voient une réelle opportunité car, en plus des cadeaux offerts aux participantes, ces “élections” offrent aux finalistes la chance de pouvoir terminer des cursus universitaires, loin d’être gratuits aux Etats-Unis. À titre d’exemple, Miss Arkansas 2010 remporte une bourse de 20 mille dollars de frais de scolarité, et 50 mille dollars de cadeaux (voyages, garde robe…), ses quatre dauphines bénéficient d’une bourse d’étude allant de 5 mille à 8 mille dollars.

 

POURQUOI INTERPRÉTER UNE CHANSON DIFFICILE À UN CONCOURS DE MISS ?

 

C’est simple Naomi Sure aime chanter, et elle aime cette chanson parce que les paroles parlent au coeur de nombreuses personnes. Écrite par Tom Eyen et mise en musique par Henry Krieger, la chanson trouve ses origines dans la comédie musicale Dreamgirls montée à Broadway. Le personnage d’Effie White, chanteuse du groupe de fille The Dreams, interprète « And I Am Telling You I’m Not Going » pour son manager, Curtis Taylor Jr., avec qui elle entretient une liaison éphémère. Le texte de cette chanson, considéré comme la signature du spectacle, décrit l’amour passionné d’Effie pour Curtis, elle refuse qu’il la laisse derrière elle, et lui proclame : “Je vais rester et toi … tu vas m’aimer !”

 

Ce titre, c’est aussi le premier single, et les hits, de deux grandes chanteuses. Jennifer Holliday créé le rôle en 1981. Pour sa performance, elle remporte un Tony Award et le Grammy de la meilleure performance R & B femme pour sa re-sortie en 1982. Plus récemment, Jennifer Hudson donne un nouveau souffle à la chanson dans l’adaptation cinématographique, en 2006, et se voit récompensée d’un Oscar pour le rôle.

Ces deux chanteuses interprètent ce titre de façon extraordinaire et évidemment de nombreuses personnes tentent de les imiter avec plus ou moins de difficultés. Il existe une version qui, sans manquer de respect, met en exergue la complexité du titre, et se moque assez bien des dégâts collatéraux que produisent ce type de chanson, c’est celle de Yoko Ono