Jon Hassell - Seeing Through Sound (Pentimento Volume Two)

Jon Hassell – Seeing Through Sound (Pentimento Volume Two)

4 min de lecture
Démarrer

Paru le 24 juillet 2020 Seeing Through Sound (Pentimento Volume Two) est le deuxième volet d’une série entamée il y a deux ans. En mode mémoriste, le trompettiste octogénaire permet aux tropes de son passé de prendre part au présent

Ce deuxième volume de la série pentimento, entamée en 2018 après dix ans d’absence, présente huit nouveaux morceaux de Jon Hassell, poursuivant sa permanente exploration des possibilités de recombinaison et d’épissage de gènes musicaux. Pentimento se défini comme “la réapparition dans une peinture d’images, de formes ou de traits antérieurs qui ont été modifiés et repeints”, et cela trouve son évidence dans ce style de production innovant qui “peint avec le son” en utilisant des nuances qui se chevauchent afin de créer une indéfinissable et enivrante palette, toujours faite de musiques anciennes et de traitements futuristiques.

Exploration du Fourth World

Célèbre pour avoir inventé une approche esthétique qu’il a baptisée Fourth World – probablement un monde parallèle à celui crée sur les ruines du Ragnarok par Jack Kirby – ce quatrième monde est une sorte de fusion de techniques piquées au monde des musiques électroniques, d’avant-garde et des musiques du monde. Jon Hassell est reconnu pour sa technique particulière de jeu et de souffle, fruit de ses rencontres avec des musiciens classiques indiens, comme le chanteur Pandit Prân Nath.

Il obtient obtenu sa maîtrise en musique à l’Eastman School of Music à New York, puis part travailler à Cologne dans l’académie de musique fondée et dirigée par Karlheinz Stockhausen. Il y reste deux ans avant de retourner aux États-Unis, en 1967. Il rencontre alors Terry Riley, l’un des pionniers de la musique minimaliste. Jon Hassell a également été membre de La Monte Young. Après sa rencontre avec Brian Eno il transforme le son de sa trompette avec des effets électroniques…

“Écoutez comme si l’on vous disait un secret” – Federico Fellini.

Après Listening To Pictures (Pentimento Volume One) en 2018, ce nouvel album émerge des phares d’une voiture traversant un fin brouillard, à l’image des titres qui ouvrent et clôturent le disque, Fearless et Timeless. Le charme onirique opère tout du long, à un point tel que l’on quitte la route, on la survole à quelques dizaines de mètres, comme un aéroplane suivrait le cours d’un ruisseau, à l’écoute de ces histoires provenant du “quatrième monde”, où la fusion s’est délestée du superflu. Ce disque montre, qu’à 83 ans, l’artiste cherche encore de nouvelles formes de musiques mutantes.

Si ses albums sont à écouter de la même manière que les enfants plongent dans les contes, ses concerts sont autant de moments suspendus. Exemple avec celui-ci, en octobre 2009, à Lausanne, où le trompettiste se produit au festival Jazz Onze…
Jon Hassell, trumpet, keyboards
Elvind Aarset, electric guitar, electric acoustic double bass
Kheir-Eddine M’Kachiche, violin
Jan Bang, sampler. (Personnel on Camera)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artwork de l'album Wu Hen, de Kamaal Williams
Article précédent

Kamaal Williams - Wu Hen

Prochain article

Peter Stratmoen - Las Vegas au début des années 1970