Art Cover TIAWO EP

Andy Ash présente un nouvel EP sur le label Delusions Of Grandeur

3 min de lecture
Démarrer

Andy Ash revient sur Delusions Of grandeur avec Tiawo, un EP House à paraître le 10 décembre 2021

Le producteur britannique Andy Ash a le vent en poupe ! Après sa récente sortie pour Quintessentials, le DJ producteur présente sa troisième sortie sur Delusions intitulée, Tiawo EP. Avec des productions pour des labels aussi respectés que Moment Cinetique de Sheffield, Still Love 4 Music de Chicago, On The Prowl de New York et People Must Jam de Sydney, les morceaux d’Andy Ash ont cette griffe particulière qui lui a permis d’acquérir une solide réputation, et il y a fort à parier que ce nouvel opus prenne le même chemin…

Andy Ash, Tiawo EP

Andy Ash produit de la musique pour les pistes de danse. Ses sons, variés, intègrent habilement des influences disco, boogie, techno et house. Prolifique, Andy travaille constamment sur de nouvelles productions, mais également sur des illustrations. Depuis Carnival De L’Spirit (Stilove4music, 2008), il a sorti des disques sur d’innombrables labels de haute qualité, dont Dessous, Quintessentials, Kolour, Whiskey Disco et Fly by Night. Tiawo EP est sa troisième sortie sur Delusions Of Grandeur.

Photo Andy AshCe nouvel EP contient quatre morceaux. Le titre éponyme est une belle excursion sur le territoire house des débuts de Chicago, un voyage au coeur des 80s, entre boîte à rythmes funky et synthés carillonnants. Le groove de la Roland 707 est irresistible, rien de tel pour nous entraîner sur le dancefloor, où l’on se déhanche des heures durant, le temps se fige alors que les danseurs s’en donnent à cœur joie dans ce groove sans faille.

Photo Andy AshStrictly Pins, le second titre, opte davantage pour une approche minimale, la rythmique soutient des accords de Rhodes façon Detroit, jonglant avec une basse bien suave, quel groove ! Burger emprunte un chemin rythmique et sonore plutôt similaire, mais un échantillon vocal s’invite sur scène, dans une touche légèrement psychée. Déformé, découpé et traité comme un effet freaky, on danse avec le sourire, et si l’on devait faire usage de répliques célèbres, on pourrait emprunter celle-ci : “N’y voyez pas le fantasme de l’homme, mais plutôt le côté délire de l’artiste…” ! Pour clôturer cet EP, Brother offre un son deep house légèrement plus conventionnel, avec sa rythmique syncopée et une ligne de basse roulante, un délice.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artcover ITALO FUNK 2
Article précédent

Italo Funk, un second volume en hommage à Claudio Coccoluto

Artcover du Ep Mutations
Prochain article

72™, le projet de Benjamin Cohen et d'Ulysse Genet révèle Mutations, un excellent premier EP