Fou de boîte à rythmes

5 min de lecture

Les playbacks ne sont pas réservés qu’aux chanteurs ! Les boites à rythmes, ces instruments spécialisés dans la reproduction des sons de batteries et de percussions, ont enfin leur bible – Beat Box : A Drum Machine Obsession

75 de ces machines à épicer un tube y sont regroupées, photographiées, disséquées et remises à leur juste place dans l’histoire de la musique ! Qui, enthousiasmé par une bombe hip-hop ou house, ne s’est jamais entendu dire : « arrête avec ta musique jetable, ce ne sont jamais que des machines, il n’y a même pas de batteur » ?

La bible des boîtes à rythme

Avec ce livre, les autoproclamés « gardiens du temple » peuvent se repentir de leur mauvaise foi, et ne plus faire semblant d’ignorer que les tubes sur lesquels eux et leurs parents dansent depuis des décennies sont enregistrés avec une boîte à rythme

Heart Of Glass de Blondie, qu’ils demandent au DJs le samedi soir, est ainsi rythmé par cette superbe Roland CR-78. Elle aurait de quoi se la raconter avec sa facade de première de labo de physique et ses tubes de plus de trente ans : Phil Collins – In The Air Tonight (et tant d’autres) ; Roxy Music – Jealous Guy ; Soft Cell – Tainted Love ; Gary Numan – Remind Me To Smile

Beat Box : A Drum Machine Obsession

Une collection sur papier glacé

Ce livre, c’est une partie de la collection de Joe Mansfield, producteur de Hip-hop légèrement fétichiste… En 1985, influencé par le son d’Afrika Bambaataa et de Run DMC, il investit 250 $ dans une Roland TR 808, neuve… Peut-être l’instrument le plus important, avec sa petite soeur 909 et le sampler, à avoir caressé nos oreilles depuis l’avènement de la guitare électrique. Des millers de titres sont enregistrés avec cette boîte à rythme, dont le titre culte de Marvin Gaye : Sexual Healing.

Véritable icône, également baptisé le Steinway des boîtes à rythmes, on peut l’entendre sur des milliers d’enregistrements : Hip-hop, House, Techno, Pop, Indie, New Wave… Depuis son premier achat le producteur, et cofondateur du label Get On Down, revendique un palmarès de 150 objets de ce type sur quatre décennies, du simple jouet à l’instrument ultra perfectionné.

Des machines cultes

Le vétéran du Hip-hop se fait historien le temps d’un livre, et offre un aperçu de ses archives : 200 images de 75 beautés, langoureusement couchées sous l’oeil conquis du photographe Gary Land, souvent primé. Plus qu’une expérience visuelle, les machines sont présentées avec des informations détaillées sur leurs capacités, mais aussi des publicités  d’époque, des anecdotes et des interviews de spécialistes.

Comme Davy DMX, Schoolly D, Marshall Jefferson ou encore le célèbre Roger Lynn et sa mytique LM-1. Emblématique, entièrement programmable, c’est la première à utiliser des échantillons numériques de batterie acoustique. Fabriquée à 500 exemplaires et vendue 5000 $ en 1979, la LM-1 s’incruste dans les studios de Prince, Michael Jackson, Stevie Wonder, Devo, Culture Club, Berlin, Bronsky Beat, The Cars, Bob James, Gary Numan… Et permet même à Human League d’être numéro 1 avec Don’t You Want Me en 1982.

Beat Box : A Drum Machine Obsession

Préfacé par Dave Tompkins (journaliste musical et auteur de How To Wreck A Nice Beach: The Vocoder From World War II To Hip-Hop), le livre présente d’abord les machines les plus anciennes, parées de leur collection de rythme d’époque, prédéfinis dans des registres aussi branché que le Foxtrot, Watusi, la Valse ou encore le Twist. Ce sont elles qui déclarent la guerre aux batteurs et aux métronomes…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

We Love Frankie Knuckles

Prochain article

Au pays des pochettes psychédéliques