Pierre Rousseau en “Mode par défaut”

2 min de lecture
Démarrer

Pierre Rousseau présente Mode Par Défaut, le deuxième volet d’une trilogie de EPs synthétiques, espaces intermédiaires au sein duquel ses approches se croisent et s’additionnent

Après Musique Sans Parole, Pierre Rousseau sort Mode Par Défaut, un atmosphérique EP intermédiaire de sa trilogie en cours, fait de pièces d’études synthétiques où le musicien nous guide à l’intérieur d’un circuit imprimé bucolique et électronique.

Pierre Rousseau en Mode Par Défaut

Mode Par Défaut s’appuie sur la vision méticuleuse de Musique Sans Paroles, mais cette nouvelle direction invite l’auditeur à imaginer ce que pourrait être la suite, troisième et dernier volet de la série. Ce nouvel opus se présente tel un hommage romantique mais anguleux à Kraftwerk (Roam), avec des références à d’autres artistes, Haruomi Hosono (Maladresse) par exemple, ou encore ce clin d’œil aux arrangements de cordes du compositeur de films Jerry Goldsmith (Mode Par Défaut, accompagné par le Buchla percutant de Maria Teriaeva).

Pierre Rousseau, compositeur et producteur

Né à Bruxelles en 1990, Pierre Rousseau est français. Quelqu’en soit le genre, le contexte, l’échelle ou la destination, ses enregistrements explorent les contrastes entre art et artisanat, minimalisme et maximalisme, immobilité et danse, experimentation et pop ; résultant en une proposition intime, contemplative et symbolique.

En parallèle de sa musique personnelle, il habite des univers aussi divers que la production de disques (le plus récemment pour Nicolas Godin de Air), le sound design pour la mode (pour Études, Marine Serre), ou encore des compositions pour l’art contemporain (pour La Horde, Xavier Veilhan), la publicité et le cinéma. Pierre Rousseau est également le co-fondateur de Paradis, groupe qui a redéfini l’interpolation entre la musique électronique et la langue française.

Photo de Pierre Rousseau
Pierre Rousseau © Charles Nègre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

More Ryūkōka Recordings, 1929​-​​1938
Article précédent

Ryūkōka Recordings continu de rayonner grace au label Death Is Not The End

Artwork cover pour le EP de Uzu Moon, Paradise, forever
Prochain article

Uzu Moon ouvre les portes de son paradis