More Ryūkōka Recordings, 1929​-​​1938

Ryūkōka Recordings continu de rayonner grace au label Death Is Not The End

3 min de lecture
Démarrer

Le label Death Is Not The End sort un nouveau volume d’enregistrements de chansons japonaises publiées au début du siècle dernier : More Ryūkōka Recordings, 1929​-​​1938

Apparu au début de l’industrie du disque au Japon, le style ryūkōka a adopté des éléments occidentaux classiques, blues et jazz dans la musique japonaise traditionnelle et classique. Après Longing for the Shadow: Ryūkōka Recordings, 1921​-​1939 en juin dernier, le label Death Is Not The End met à l’honneur d’autres enregistrements issus de la maison de disque Ryūkōka Recordings. Cette seconde compilation couvre la fin des années 1920 jusqu’à la fin des années 1930, offrant ainsi aux audieuteurs·trices une formidable plongée musicale dans l’histoire…

Ryūkōka, quèsaco ?

En Japonais, Ryūkōka (流行歌) désigne un genre musical dédié à la chanson populaire. D’ailleurs, à l’origine, le terme désigne tout type de musique populaire, notamment la musique commerciale de la période Edo. De nos jours, Ryūkōka fait désormais davantage référence à la musique populaire de la fin des années 1920 au début des années 1960. De nombreux compositeurs et chanteurs de ryūkōka ont obtenu des distinctions officielles, ses premières vedettes, le chanteur Ichirō Fujiyama et les compositeurs Masao Koga et Ryoichi Hattori ont notamment reçu le prix d’honneur du peuple. La période témoigne également de la popularité des chanteuses geisha, Ichimaru et Katsutarō Kouta par exemple. Le mot populaire est loin d’être usurpé, tous.tes vendent des centaines de milliers d’exemplaires.

Alors pour que ces mélodies du passé soient encore célébrées, Death Is Not The End sort Is It Really Goodbye? More Ryūkōka Recordings, 1929​-​​1938, un second volume d’enregistrements paru à l’origine chez Ryūkōka Recordings. Ce recueil présente des disques d’avant-guerre qui capturent ce son unique et envoûtant de la fusion culturelle qui commençait à se refléter au travers de la chanson populaire, avant l’influence généralisée de la musique pop occidentale, pendant l’occupation américaine d’après-guerre. Le titre de ce nouveau volume, Est-ce vraiment un au revoir ?, peut nous laisser penser qu’il pourrait y avoir encore une sortie. On doit bien l’avouer, cela nous ferait grandement plaisir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artwork cover de l'album Voodoo at Home Rejoicer
Article précédent

Rejoicer sublime le syncrétisme musical avec Voodoo at Home

Prochain article

Pierre Rousseau en "Mode par défaut"