Delight par Arushi Jain

Delight, le nouvel album de Arushi Jain

7 min de lecture
Démarrer

Delight, le troisième album studio d’Arushi Jain, est sorti le 29 mars 2024 et, au moment d’écrire ces lignes, on survole encore la terre

Après le séminal Under the Lilac Sky (2021), Arushi Jain présente l’album Delight (Leaving Records – 2024), avec une simple proposition : “que le plaisir soit accessible et que la pratique de le cultiver soit un effort nécessaire”. Architecte sonore et chanteuse indienne basée à San Francisco, Arushi Jain est une spécialiste du synthétiseur modulaire et fondatrice du label Ghunghru, Résidente sur les radios NTS & The lot radio, l’artiste présente Delight, un sublime troisième album…

Delight, par Arushi Jain

Delight par Arushi Jain
Arushi Jain (DR)

En tissant des émotions, des images et un sentiment d’aspiration à la beauté, Arushi Jain revendique sa croyance au plaisir sans cesse renouvelé que nous offre la nature, la vie, affirmant même qu’il est nécessaire d’être activement en quête de cette émotion, notamment lorsqu’il n’est pas facile à trouver… La meilleure perception de cette émotion insaisissable, affirme Jain, passe par une observation prolongée du présent, “plus on regarde longtemps, plus on voit”, une pensée qui lui sert de guide dans sa quête du plaisir, et ce plaisir se traduit évidemment dans sa pratique de la création.

Arushi Jain déploie des sons, l’esthétique de sa musique électronique expérimentale et contemporaine canalise, célèbre et interroge les idiomes indiens traditionnels. Under the Lilac Sky, son premier album, constituait une sorte d’offrande : une suite de six chansons destinée à accompagner l’auditeur pendant qu’il contemple le coucher du soleil. Alors que le dernier disque de Jain s’intéressait au temps, à l’espace et à notre environnement extérieur, Delight porte une réflexion qui frôle parfois l’autobiographie, c’est à la fois un enregistrement du voyage intérieur et une invitation, voire une feuille de route, pour l’auditeur à se laisser embarquer dans sa propre quête du plaisir.

Ce que l’on trouve dans Delight

Chacun des neuf morceaux de Delight a été inspiré par le Raga Bageshri (un raga étant un cadre mélodique propre à la musique classique indienne). On dit de Bageshri qu’il exprime le sentiment d’attente d’une réunion avec l’être aimé… Il est empreint d’une nostalgie innée, colorée par de puissants fantasmes de retrouvailles. “Bageshri incarne la prise de conscience que l’on est tombé profondément amoureux sans le savoir. Il déclenche en moi une immense dévotion, juxtaposée à une reconnaissance poignante de la souffrance ; car un amour aussi immense est souvent difficile à rendre”, écrit Jain. “Nous venons au monde seuls et nous en repartons seuls. Malgré cela, la capacité humaine d’aimer est sans réserve, ce que je trouve généreux”. Elle chante donc la connexion à un soi passé et futur, et la pratique créative, mais son désir est plus vaste. Le bien-aimé que Jain invoque tout au long de Delight n’est pas un amant, comme le demande Bageshri, mais le plaisir lui-même.

Stimulée par Raag Bageshri pendant une période de jachère créative, Jain s’est installée à Long Island, où elle a composé et enregistré l’essentiel de ce nouvel album. Elle a installé un studio de fortune dans une maison vide au bord de la mer, une maison baignée de lumière et d’art et entourée d’animaux sauvages. Cette ambiance s’est clairement infiltrée dans l’album, trempé aussi bien par le soleil chaud que par la pluie froide d’octobre. Dans l’isolement qu’elle s’est imposée, Jain a expérimenté des compositions vocales, construisant des chansons à partir de courtes phrases chantées. Puis elle a mis fin à son écriture solitaire en entrant dans un territoire inexploré de collaboration, en travaillant avec des instrumentistes acoustiques pour incorporer la guitare classique, le violoncelle, le marimba, la flûte et le saxophone ainsi que de riches voix classiques indiennes, le tout sous forme de couches avec une synthèse modulaire.

Ce que l’on aime dans Delight

Le résultat est une collection de chansons souvent plus lentes et plus dépouillées que celles qui figurent sur Under the Lilac Sky, mais elle sont aussi plus riches d’un point de vue auditif, embrassant le potentiel transcendantal de la répétition et la nuance de l’échantillonnage d’instruments en direct sur son synthétiseur.

Les phrases, les paroles et les notes sont récurrentes, mais les sentiments qu’elles évoquent sont toujours nouveaux ; Delight est diversifié et fluide. Chaque chanson témoigne, selon Jain, d’un combat avec le vide, d’un voyage dans l’inconnu. Elle a ouvert une porte anonyme et en est revenue avec de petites choses qui lui ont procuré du plaisir, précieux et inattendus ; nous en apercevons la lueur dans chaque enregistrement. Cet album nous rappelle, de manière abjecte, qu’avec de l’attention, de l’ouverture et de la pratique, nous sommes tous capables d’accéder à cette sensation humaine nécessaire. Ne boudez pas votre plaisir, jamais, encore moins à l’écoute de Delight.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

BETISE ARTIFICIELLE
Article précédent

MONDE ETRANG3 présente une BETISE ARTIFICIELLE

LA FOLIE STUDIO
Prochain article

Ch​â​teau Flight présente La Folie Studio

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other