La légendaire Nancy Wilson

Nancy Wilson, légende du jazz, disparaît…

5 min de lecture
Démarrer

Voix raffinée, sens aigu de la narration et phrasé infaillible, clarté de timbre suave à souhait, majestueuse et incomparable, rare et moderne, Nancy Wilson s’est éteinte jeudi 13 décembre chez elle, à Pioneertown en Californie, à l’âge de 81 ans

Elle était un pont essentiel entre le jazz et la pop dans les années 1950, mais aussi entre la pop et la soul des années 1960 et 1970. Cette légendaire chanteuse de Jazz, qui transformait les chansons en histoires, a débuté sa carrière en reprenant des standards de jazz, et a publié plus de 70 albums sur cinq décennies. Nancy Wilson remporté trois Grammy Awards, l’un pour le meilleur enregistrement de rythmes et de blues pour l’album How Glad I Am (1964), et deux autres pour le meilleur album vocal de jazz, en 2005 et 2007. Huit de ses albums parus dans les années 1960 ont été classés dans le Top 20 du Billboard.

Interpréter la vie

J’ai un don pour raconter des histoires, les faire paraître plus grandes que la vie. (Nancy Wilson – Los Angeles Times, 1993).

Sa carrière est un répertoire de standards américains : ballades de jazz, airs de Broadway, titres iconiques R&B et pop, tous livrés avec son sens aigu de la narration, insufflant une émotion forte aux titres plus tristes, ses enregistrements les plus connus narrent des histoires d’amour, de chagrin d’amour notamment.

Nancy Wilson chantait depuis ses 4 ans, d’abord inspirée par Nat King ColeBilly Eckstine et Jimmy Scott, puis à l’adolescence par des femmes comme Dinah Washington ou encore Lena Horne. Pour le Los Angeles Times, elle a déclaré : Une grande partie de mon phrasé ressemble tellement à celui de Jimmy Scott”Son plus gros succès est survenu en 1964, la ravissante ballade R&B (You Don’t Know) How Glad I AM, a atteint la 11e place du palmarès Pop de Billboard.

Parmi ses interprétations les plus célèbres, Guess Who I Saw today, quand une femme raconte à son mari l’aventure dans laquelle il s’avère être le méchant de l’histoire. Dans cette même thématique Face It Girl, It’s Over, ou encore l’inestimable Go Away Little Boy, l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse alors qu’elle est déjà engagée… Nancy Wilson a interprété d’incontournables reprises, comme Sunny de Bobby herb, Can’t Take My Eyes Off You de Frankie Valli, ou encore I Can’t Make You Love Me de Bonnie Raitt.

Tout pour la musique ?

Si la musique occupait une place majeure dans sa vie, elle a cependant oeuvré à d’autre combat, notamment politique. En 1967 elle est l’une des rares Afro-Américaines de l’époque à animer une émission télévisée. Pour son Nancy Wilson Show, elle est lauréate d’un Emmy, sur NBC. Elle a mené un travail de longue haleine en tant que défenseur des droits civils, comme sa participation à la manifestation de Selma, Alabama, en 1965. En 1993, elle est récompensée par un prix du Centre Martin Luther King Jr., pour le changement social non-violent.

En tant qu’artiste, prendre un tel parti politique comportait des risques professionnels, mais cela devait être fait (Nancy Wilson – Jazz Wax, 2010)

Si Nancy Wilson s’est consacré à la musique sans se soucier de la célébrité, elle a toujours privilégié sa vie privée, sa famille. Elle a pris sa retraite en 2011 après avoir donné son dernier concert à Athens, Ohio, déclarant : “Je ne monterais plus sur scène et, pour y mettre fin, quel meilleur endroit que celui où j’ai commencé, dans l’Ohio”. Elle s’est éteinte jeudi 13 décembre 2018, chez elle à Pioneertown, en Californie à l’âge de 81 ans.

Source nytimes

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

cinéma pornographique Gerard Damiano
Article précédent

Gerard Damiano raconté dans un livre

le groupe de musique King Crimson
Prochain article

Les 50 ans de King Crimson !