Nesyamun, un prêtre qui vivait à Thèbes il y a environ 3 000 ans

Écoutez la voix d’un prêtre égyptien antique

7 min de lecture
Démarrer

Les scientifiques nous ont habitué à la reconstitution de visages de personnes disparues il y a plusieurs milliers d’années. Ils s’attaquent désormais à la voix, notamment celle d’une momie vieille de 3000 ans

Nesyamun était un prêtre égyptien qui chantait des paroles d’adoration au temple de Karnak à Thèbes. À sa mort, il a été rituellement momifié, et scellé dans un cercueil avec l’inscription « Nesyamun, une vraie voix ». Selon David Howard, orthophoniste à Royal Holloway, Université de Londres., “Nesyamun souhaitait que sa voix se poursuive d’une manière ou d’une autre”. Le Docteur et son équipe ont  utilisé un scanner pour créer une version imprimée en 3D de la bouche et de la gorge de la momie. Ils l’ont combiné avec un larynx électronique pour reconstruire «le son qui sortirait de son appareil vocal s’il était dans son cercueil et que son larynx revenait à la vie».

Quelque 3000 ans après sa mort, et l’aide d’une imprimante 3D, d’un haut-parleur et d’un logiciel, Nesyamun peut donc à nouveau se faire entendre, enfin presque… Pour le moment, l’équipe n’a synthétisé qu’un seul son de la momie, qui ressemble aux sons de voyelle «ah» et «eh», mais cela pourrait constituer les bases pour re créer et écouter la voix de personnes anciennes…

Faire parler un mort

Septembre 2016, le personnel du Leeds City Museum en Angleterre, où Nesyamun réside depuis 200 ans, transporte la momie vers un hôpital voisin pour une tomodensitométrie. Le scan montre qu’une grande partie de sa gorge est restée intacte ! «Le processus de momification proprement dit était essentiel ici», a déclaré Joann Fletcher, égyptologue à l’Université de York en Angleterre et auteur de l’article. “La superbe qualité de conservation obtenue par les anciens embaumeurs signifiait que l’appareil vocal de Nesyamun était toujours en excellent état.”

À l’aide du scanner, l’équipe imprime en 3D une copie du tractus vocal de Nesyamun entre le larynx et les lèvres. Puis avec un haut-parleur semblable à celui utilisé sur un camion de crème glacée, Le Dr Howard retire la partie de cor et la remplace par l’appareil vocal en 3D. Il a connecté le haut-parleur à un ordinateur, ce qui lui permet de créer une forme d’onde électronique similaire à celle utilisée dans les synthétiseurs vocaux. Cela agit alors comme un larynx artificiel. À l’aide du logiciel, il peut ainsi générer un son qui traverse le haut-parleur et pénètre dans le conduit vocal imprimé en 3D, créant le son de voyelle de la momie.

Certes, “il ne peut pas parler…”, déclare le Dr Howard, “Mais je pense qu’il est parfaitement plausible de suggérer qu’un jour, il sera possible de produire des mots aussi proches que possible de ce à quoi sa voix ressemblait.” L’équipe pourrait modifier le logiciel informatique pour rapprocher des éléments tels que la taille et le mouvement de la langue, ainsi que la position de la mâchoire.

Une méthode ludique

Selon Katherine Baxter, conservatrice de l’archéologie au musée de Leeds, et co-auteur de l’article : “Vous pouvez naturellement en tirer la conclusion que Nesyamun pourrait un jour prononcer ses propres mots, tels qu’ils sont été inscrits sur son cercueil”. Si tel est le cas, peut-être que, pour les visiteurs du musée, la momie pourrait alors réciter ses paroles à Nut, l’ancienne déesse égyptienne du ciel et du ciel : «O mère Nut, déploie tes ailes sur mon visage pour que tu me permettes d’être comme les étoiles (…) comme les étoiles qui ne se fatiguent pas, afin de ne pas mourir à nouveau dans le cimetière.”

Quand à Roselyn Campbell, bioarchéologue du Getty Research Institute, elle qualifie l’article de «fascinant» et pense que les auteurs sont clairement conscients des limites de leur étude, et de la complexité de recréer le passé : “Je pense que leur travail sur le retour de la voix de Nesyamun, et donc une partie de son identité, est une reconnaissance vitale des considérations éthiques, non seulement dans l’étude du passé, mais pour clarifier la pertinence de ces recherches pour le public moderne”.

Voix sans issue ?

Toutefois, Piero Cosi se montre plus modéré. Spécialiste de la parole à l’Institut des sciences et technologies cognitives en Italie, il faisait partie d’une équipe qui a reconstruit la voix d’Ötzi the Iceman en 2016. Il estime que ce travail est intéressant mais spéculatif. Même si nous avons la description géométrique précise en 3D du système vocal de la momie, nous ne serions pas en mesure de reconstruire précisément sa voix d’origine”.

Égyptologue à l’Université de Californie à Los Angeles, Kara Cooney a déclaré que ce travail pouvait avoir un potentiel, mais semble assez préoccupé par la façon dont cela pourrait être utilisé à l’avenir : Lorsque vous prenez un être humain et que vous utilisez tant d’inférences sur ce à quoi il ressemblait ou ressemblait, cela peut être fait avec un programme dont vous n’êtes peut-être même pas au courant”.

Si la technique nécessite évidemment que les organes soient peu altérés, chez Houz-Motik, on verrait bien l’ensemble de ces progrès, cumulés au Deep Learning (apprentissage profond), être utilisés dans la réalisation de films documentaires éducatifs, associant alors image et voix de synthèses. D’ici-là, peut-être que Nesyamun sera capable de chanter ? Voire même de scatter un jazz antique

 

Source
The New York Times

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

All Screwed Up, la série consacrée à DJ Screw, arrive prochainement

Album Suite for Max Brown; de Jeff Parker
Prochain article

Jeff Parker & The New Breed - Suite for Max Brown