Pochette de Volutes, l'album de Snowdrops

Snowdrops dévoile les Volutes de son premier album

2 min de lecture
Démarrer

Paru le 16 octobre 2020 chez Injazero, Volutes est le premier album de Snowdrops, le duo français navigue en musique de chambre via l’exploration des cordes, du piano et des Ondes Martenot

Depuis 5 ans, Mathieu Gabry et Christine Ott composent pour l’image, le cinéma notamment. Volutes, leur premier album paru chez Injazero, révèle une approche différente : “l’imagerie est évoquée par la musique au lieu d’être enregistrée pour celle-ci”. Avec cet enregistrement, le duo français, qui évolue dans le registre musique de chambre bichonnent piano, cordes et Ondes Martenot, un pur bonheur auditif.

La fraîcheur de Snowdrops

Si le duo a passé ses premières années à composer essentiellement pour l’image, Volutes est conçu selon une démarche alternative, dans une relation intime et intuitive avec des images expressives que l’on se crée soi-même. En ce sens Ultraviolet, le premier single, marie les ondes bienheureuses du Martenot, qui montent et descendent contre une série d’aspirations, de cordes douces, et de la dérive à peine perceptible d’une synthèse électronique qui s’élève dans le final de la pièce.

Le duo n’en est pas à son coup d’essai

Formé en 2015, le duo puise dans une combinaison unique de musique classique contemporaine, de jazz, de musique électronique et de musique de film. La formation affirme sa vision de la composition et de l’orchestration, notamment avec des musiques pour le cinéma, comme pour le long-métrage de Phuttiphong Aroonpheng en 2018, Manta Ray, qui a remporté le Lion du meilleur film au Festival de Venise 2018 (catégorie Orizzonti), et pour lequel la musique a également été primée. La bande son a notamment été publiée par le label britannique Gizeh Records (2019).

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Photo de Donald Byrd à Paris en 1961
Article précédent

Pour ceux qui aiment le jazz, Roger Kasparian expose ses clichés inédits

Portrait de Laurent Garnier
Prochain article

Laurent Garnier, sa lettre ouverte à Roselyne Bachelot