Photo de Donald Byrd à Paris en 1961

Pour ceux qui aiment le jazz, Roger Kasparian expose ses clichés inédits

4 min de lecture
Démarrer

Roger Kasparian dévoile ses clichés d’artistes Jazz, capturés dans les années soixante. Le photographe a rencontré John Coltrane, Duke Ellington, Nina Simone, Ray Charles, Sonny Rollins… L’exposition vente est prolongée jusqu’au 30 octobre 2020, au Studio Boissière de Montreuil

Si, au cours de ces dernières années, les photos prises dans les sixties par Roger Kasparian refont surface (Françoise Hardy, Johnny Hallyday, The Beatles, The Kinks…), il est désormais possible de contempler ses images inédites d’artistes américains de jazz, et même d’en acheter : il suffit de se rendre au Studio Boissière de Montreuil, où l’exposition-vente est prolongée jusqu’au 30 octobre 2020. Ces images, le photographe les a capturées à Paris, il y a soixante ans. À cette époque, il couvre la venue de ces artistes sans être féru de jazz, mais dans le but d’être remarqué par Daniel Filipacchi, car son rêve est être engagé pour le magazine Salut les Copains… “Ça ne s’est jamais fait, mais au moins j’ai essayé”.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Jazz, des photos rares…

L’expo vente consacre une grosse vingtaine de tirages argentiques, souvent en noir et blanc, des clichés pour la plupart inédits, comme John Coltrane, Ray Charles, Thelonious Monk et son épouse à l’aéroport d’Orly, Duke Ellington attablé à son hôtel, Art Blakey sur scène, mais également dans sa chambre, ou encore Ella Fitzgerald à l’Olympia… “Les photographes établis prenaient les jazzmen surtout sur scène, alors je faisais l’inverse”, raconte Roger Kasparian à France Info. Le photographe est aux aguets, il capture les artistes dès leur arrivée en France et les accompagne dans leurs hôtels, aux restaurants puis aux concerts.

Sa qualité ? Se faire le plus discret possible afin de faire partie de leur intimité, pour les saisir au naturel, sans mise en scène. Il est si discret que certains ne remarquent presque pas sa présence, comme Thelonious Monk “En fait, je ne sais même pas s’il m’a vu…”. L’une des pépites de cette exposition est probablement sa photo de Monk à l’aéroport d’Orly, en compagnie de sa femme dont on connaît alors peu le visage… Nelly Monk est immortalisée de profil, en train d’enfiler une paire de gants blancs, avec son fume-cigarette noir à la bouche.

Thelonious Monk et son épouse Nelly, à l'aéroport d'Orly
Thelonious & Nelly Monk – Paris, 1963 © ROGER KASPARIAN

Dans les archives de Roger Kasparian

Méconnu du grand public, le photographe français gagne en popularité depuis bientôt dix ans, après avoir décidé d’ouvrir ses archives personnelles pour dévoiler son incroyable trésor : des centaines de photos de chanteuses, chanteurs et musiciens prises dans les années soixante. Fils de photographe, Roger Kasparian, a fixé sur pellicule de nombreux artistes, ceux de la tribu des yéyés français, mais aussi les musiciens anglo-saxons de passage à Paris.

L’exposition-vente Roger Kasparian “Pour ceux qui aiment le jazz” est prolongée jusqu’au 30 octobre, au Studio Boissière, 268 Boulevard Aristide Briand 93100 Montreuil. Samedi 25 octobre , de 14h à 20h : Open Jam Jazz avec le batteur Emmanuel Calixte.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Pochette du EP Lake On Fire de Shida Shahabi
Article précédent

Shida Shahabi signe la BO du court-métrage Lake On Fire

Pochette de Volutes, l'album de Snowdrops
Prochain article

Snowdrops dévoile les Volutes de son premier album