Erratics & Unconformities, du groupe Craven Faults

Erratics & Unconformities, de Craven Faults

5 min de lecture
Démarrer

Après trois EPs, Netherfield Works en 2017, Springhead Works et Nunroyd Works en 2019, Craven Faults livre Erratics & Unconformities, un premier album comme un road trip musical et temporel

Paru le 10 janvier 2020, Erratics & Unconformities reprend là où Netherfield Works (2017) s’est arrêté. Avec ce premier album, Craven Faults débute plutôt bien cette nouvelle décennie. Au programme une belle introspection dans une ambiance Lynchienne. Plutôt avare d’informations à son propos, le groupe nous laisse entendre qu’il vénère les synthés, ces derniers parlent pour lui.

Auditeur·trice·s en manque de textes propices aux voyages oniriques, nous vous proposons une traduction de la description de l’album vu par l’artiste ! Embarquez pour un voyage à travers des décennies et des continents, et des pans du nord de la Grande-Bretagne post-industrielle, où le début de l’aventure se situe à Vacca Wall, du nom de l’alignement mystérieux des roches trouvées dans la forêt de Chevin, entre synthétiseurs et magnétos analogiques, donc.

Sortir de la ville et y retourner

Nous sortons du chemin de halage du canal de la ville puis, peu de temps après, nous bifurquons vers le nord. Progressivement, le terrain devient plus accidenté. Un rythme insistant. Familier. Sauvage. Les preuves de l’activité humaine sont moins immédiates dans ce paysage glaciaire. Si vous écoutez attentivement, vous pouvez encore entendre le poids de la calotte glaciaire se frayer un chemin à travers la roche.

Au Studios Sceptre de Manhattan. en septembre 1967, les amplificateurs Vox sont poussés à bout, à un pouce de leur vie. Un rythme insistant. Familier. Sauvage. Un an plus tard, nous traversons la ville pour rejoindre 30th Street Studios. Plus raffiné. Capturer un moment quatre ans après sa création. Nous appelons les Command Studios à Londres un soir de mars 1972, juste avant que le rythme ne baisse.

Le studio : machine à voyager dans le temps

On se prend un moment dans notre environnement. La musique née à New York a voyagé au-delà de notre système solaire. Un sentiment d’apesanteur. Nous remontons à 1906. Central Park. Les poèmes de tonalités sous-estimées à l’époque – un visionnaire. Nous rendons visite au village de Wümme dans le nord de l’Allemagne. L’élan en avant. Un signe de tête au rythme du métier à tisser.

Le studio fait écho à sa propre histoire, à travers une boîte à rythmes Elka du début des années 70. Nous arrivons au Van Gelder Studio en 1962 par un processus d’addition et d’élimination. Nous y restons les trois années suivantes. Nous pensons également au temps que nous avons passé aux Dierks Studios en 1972. Un disque précieux acheté à seize ans. Il faut du temps pour se révéler complètement. Peut-être que non. Ce serait perdu maintenant.

8 janvier 2013 – 19:16
Drone de Farfisa à travers un filtre à diodes et un phaser
26 min 38 secondes

Chaque chose en son temps

La sortie de l’ancienne usine textile Craven Faults appelle ses origines, mais n’est plus aussi linéaire qu’elle l’était autrefois. Il n’y avait pas de point de départ clair pour le projet, mais simplement redécouvrir la joie de l’expérimentation sans objectifs matériels. Certains des enregistrements qui composent Erratics & Unconformities remontent à plus de sept ans. Des pistes en mode “aller-retour” avec cette époque.

Ils ne partent pas avant d’avoir entrepris un processus de contrôle qualité rigoureux. Cela a commencé lentement, mais a repris son élan au cours des dix-huit derniers mois. Enregistré et ré enregistré au niveau correct d’imperfection, avant de le laisser respirer.

Mixé et re-mixé. Compilé avec soin au moment venu.
3rd July 2019 – 12:34 – Mixdown

Le voyage est tout aussi important que la destination.
Craven Faults

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Untold Stories, l'ouvrage qui accompagne l'exposition éponyme de Peter Lindbergh
Article précédent

Untold Stories, de Peter Lindbergh

John Morales en studio
Prochain article

Disco Confessions : John Morales, une vie dans le mix