Pochette du disque Elgin Towers de Smoove & Turrell

Smoove & Turrell – Elgin Towers (Remixes)

8 min de lecture
Démarrer

Stratos Bleu, le 6e album de Smoove & Turrell, est sorti début juin, avec pas moins de 11 pépites dont Elgin Towers, remixé par Hot Toddy et Steve Cobby. On a posé quelques questions au groupe

Juin 2020, le groupe revient avec son 6e album. Stratos Bleu marque une évolution stylistique de la formation. Particulièrement affûtée, la production combine le lyrisme de Turrell à l’électronique moderne, afin de créer une oeuvre magistrale, et néanmoins éclectique.

Les remixes sortent le 24 juin. Difficile de vous dire lequel on préfère puisqu’on les aime pour leur singularité. Le premier est signé Hot Toddy. La légende Nu-Disco y explore la puissance du chœur gospel dans une montée émouvante. Nul doute qu’on l’entendra encore lorsque les dancefloors pourront à nouveau accueillir des danseurs.

Elgin Towers est également remixé par Steve Cobby (moitié du duo électronique Fila Brazilia), producteur légendaire qui a notamment remixé Radiohead. Le multi-instrumentiste nous plonge dans une version plus chill, également riche en émotion, on vous laisse savourer…

Questions / réponses

Houz-Motik. Elgin Towers est une chanson sociale, une puissante critique de notre société : les riches confortent leur patrimoine et les pauvres ne sont pas entendus. Qu’est-ce, et où est Elgin Towers ? Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Smoove & Turrell. Elgin Towers, ce sont des tours d’habitation datant des années 1960. Dans les années 80, elles étaient dans un état de délabrement tel qu’elles devaient être détruites. Le quartier où elles se trouvaient, et d’où je viens, était très ouvrier. Je me souviens seulement que c’était une journée parfaite, avec mes deux meilleurs amis.

La chanson parle vraiment de cette journée toute teintée de rose. Nous avons rencontré le photographe Jimmy Forsyth lors de la démolition, et nous avons pris sa photo, il semblait être sur la lune, car personne ne lui avait jamais demandé. Cela dit, la situation est toujours la même, sinon pire, et au fur et à mesure que les riches s’enrichissent, il semble que la région et, pour être plus véridiques, les gens de ces régions sont oubliés et laissés pour compte. C’est triste, mais cette chanson nourrit également beaucoup d’espoir.

H.M. Les paroles sont limpides et puissantes. Vous avez choisi un arrangement ludique et funky, là où quelqu’un d’autre aurait fait le choix de la mélancolie. Cette chanson, c’est un peu votre Promised Land ?
S.T. J’adore jouer avec les paroles, afin qu’elles puissent avoir des significations différentes pour chaque personne. J’aime aussi la juxtaposition entre la musique, la mélodie et les paroles. Quand nous sommes en studio, il n’y a pas d’agenda fixe, ni de pression, quoi que ce soit. Donc, j’ai de la chance de pouvoir écrire ce que je veux écrire. La cerise sur le gâteau pour moi, sur cette piste, a été d’amener les filles du chœur Voices of Virtue à ajouter leurs voix fantastiques. Je pense que vous pouvez dire qu’il s’agit de mon Promised Land, lorsque tous les ingrédients sont réunis.

H.M. Parlez-nous de Hot Toddy et de son remix.
S.T. J’ai travaillé avec Kraak & Smaak (Pays-Bas) sur un morceau intitulé Back Again, et ils ont sollicité Hot Toddy pour le remixer. C’est de loin l’un des meilleurs remix que j’ai jamais entendu, c’était donc une évidence de lui proposer.

H.M. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le choix de Steve Cobby ?
S.T. Je suis un grand fan de son travail depuis des années. De Fila Brazillia à ses productions en solo, il a toujours fait une musique incroyable. Quand nous avons parlé de qui nous voulions comme remixer, c’est à lui que j’ai voulu demander. C’est un gars du Nord comme nous, c’était génial de le voir travailler sur ce titre en particulier. Il a tout de suite compris l’essentiel, et je pense que cela se reflète dans sa production.

H.M. 2020 est une année difficile, êtes-vous optimiste pour 2021 ? Quels sont vos plans et vos projets ?
S.T. J’espère que nous arriverons à une position selon laquelle la vie pourra revenir à la normalité. Nous sommes un groupe de tournée, on aime nos fans ! Nous voulons encore monter sur scène, nous voulons jouer et montrer ce que nous savons faire. On croise les doigts.

Smoove & Turrell DR

L’ascension de Smoove & Turrell

L’histoire de Smoove & Turrell débute dans les années 2000, au nord-est de l’Angleterre, avec un groupe de personnes issues de la classe ouvrière dont la passion commune est la soul. Smoove recrute Mike Porter, claviériste de la scène locale de Newcastle, sur son projet Smoove Live pour le label Acid Jazz. Près de la maison de Mike, un voisin chante des mélodies sublimes dans son garage. Après quelques écoutes à distance, ils décident de frapper à sa porte puis l’embarquent sur leur projet, il s’agit de John Turrell, à l’époque chanteur du groupe The Stevies.

I Can’t Give You Up, leur premier morceau, devient un classique. Sorti sur le label allemand Club Tikka, il est enregistré chez Mike Porter, avec son orgue Hammond, immobile, coincé dans sa buanderie. Si vous écoutez attentivement l’enregistrement original du 45T (dont la côte a depuis explosé, avoisinant les 160 £), vous pouvez entendre la mère de Mike récupérer un paquet de pois dans le congélateur… Les morceaux suivants sont reçus avec enthousiasme. Smoove & Turrell enregistre ensuite cinq albums studio, et sont plébiscités par BBC 6 Music. Ils se produisent régulièrement sur scène, notamment à Glastonbury.

Elgin Towers (Remixes) sort le 24 juillet 2020 sur toutes les plateformes, via Jalapeno Records.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Balfa - Fragmentos
Article précédent

Balfa - Fragmentos

Prochain article

San Mateo - Deepstaria