Artwork cover de l'album Evergreen de Crackazat

Evergreen, la vraie nature de Crackazat

9 min de lecture
Démarrer

Entièrement produit chez lui, à Uppsala en Suède, Crackazat sort un nouvel album. Evergreen paraît le 13 Mai 2022 sur le label Freerange

Ben Jacobs aka Crackazat est un producteur de musique électronique, multi-instrumentiste, connu pour sa fusion unique du jazz et de la house. Son nouveau disque sort chez Freerange Records. Evergreen est un album scintillant de soul, enrichi de jazz. Au-delà d’être un bijou, ce disque présente toutes les caractéristiques d’un futur classique, fusionnant habilement le magnétisme primal de la danse et la dextérité du jazz, dans une production sans faille…

Evergreen, l’album de Crackazat

Certains artistes laissent une empreinte indélébile sur l’univers de la deep house, c’est le cas de Ben Jacobs, mieux connu sous le nom de Crackazat. Ses productions effervescentes, qui combinent des influences jazz, house, garage, funk, hip hop, latin ou encore néo-soul), trouvent le parfait équilibre entre le feu élémentaire du dancefloor et la musicalité cérébrale. Alors qu’il s’est déjà forgé une palette sonore immédiatement reconnaissable, son nouvel album, Evergreen, représente son travail le plus abouti. Composé durant la période de la pandémie de Covid-19, ce nouvel opus explore les thèmes de l’adversité et de la gratitude, dans une écriture contemplative célébrant ses influences musicales. Comblant avec élégance le fossé entre l’underground de la soul et les royaumes dorés du jazz, le disque fait écho à une époque où les sensibilités jazz-funk et l’attrait populaire n’étaient pas mutuellement exclusifs.

Evergreen est doté d’une sensation distinctement live, avec une musicalité virtuose combinée à des structures de chansons soigneusement assemblées – des éléments si souvent absents du canon de la danse. Quand, en 2020, Crackazat publie des clips de lui-même chantant aux côtés de la basse en direct et de Rhodes, cela a piqué l’intérêt des directeurs artistiques, l’arrivée de l’album sur le label de deep house britannique semblait alors évident. “C’est l’album que j’ai toujours voulu faire (…) de loin, la partie la plus difficile a été d’amener ma voix à un niveau qui me satisfasse. J’étais donc aux anges quand Freerange a répondu au premier brouillon avec deux pouces levés et un grand sourire.”

L’univers sonore de Crackazat ?

Des rythmes house croustillants inspirés de Masters At Work et Mood II Swing, des rythmes contemporains néo-soul influencés par le jazz… Selon Jimpster, le co-fondateur du label “il n’y en a pas beaucoup qui peuvent fusionner les deux aussi bien, et j’ai l’impression que de grandes choses attendent Ben. Nous sommes très fiers de pouvoir sortir ce brillant album !”. Beacon Of Light, le titre d’ouverture, établit une déclaration d’intention très alléchante, en une combinaison d’instrumentation live, de voix sincères, de rythmes club.

Crackazat est au zénith de l’écriture de ses chansons, illustrant l’accent centré sur le côté pop de l’album, Everybody Talks About It explose d’émotion, sa voix brûlante s’élèvent sur des nappes et des basses chatoyantes, avant de se transformer en un crescendo rempli de cuivres. I’m Easy voit des accords merveilleux glisser sur des basses rondes et pondérées, alors que les voix traversent le panorama. Les méditations de l’album, sur les difficultés rencontrées ces deux dernières années, sont particulièrement vives avec la ballade de jazz moderne Simple Things, une composition convaincante ou des nuances de Robert Glasper se faufilent dans une deep house futuriste.

Fusionnant jazz modal et garage britannique, It’s All Different explore les affres chaleureuses d’une piste de danse enjouée, sa voix soul embellit le rythme club alors que le solo de trompette et les accords de Rhodes cascadent à l’horizon. Puis, le titre éponyme s’ouvre sur un swing de jazz vif avant que des tambours poussiéreux n’ajoutent du corps à l’instrumentation sophistiquée, le jazz et la house en une seule entité alors que les instruments à vent et les maillets bien orchestrés dansent harmonieusement sur une ligne de basse improvisée.

L’esthétique jazz vintage de Cedencia offre des cadences vocales célestes, l’intermède inaugure la seconde moitié de l’album, un deuxième acte imprégné de funk. Les rythmes salsa de True Power nous enivrent de joie. Le jazz dispersé et brisé de Save Something montre l’intérêt de Crackazat pour le live. Férocement dynamique et intellectuellement captivant, le titre incorpore l’énergie latine. Thank You, sur le thème du boogie, arrive comme une effusion exubérante de gratitude, marquée par une orchestration à couper le souffle. L’oeuvre se termine avec Good Enough, où des accords pétillants, des solos de synthé émotifs et une voix passionnée fusionnent en une ballade soul, moderne et émotionnelle.

Ben Jacobs est Crackazat

Depuis son émergence sur la scène internationale, Crackazat s’est rapidement fait connaître pour sa fusion unique de la musique Jazz et House. Son sens inné du swing n’est probablement pas étranger à l’ambiance des claquettes de jazz de sa mère lorsqu’il n’est encore qu’un enfant, mais c’est à l’adolescence qu’il apprend la guitare, la basse et qu’il commence à produire, imitant les musiques qu’il aime, comme le hip hop underground de Madlib ou le jazz-funk de Jamiroquai.

En 2012, son EP Explanation sort sur Astrodynamics, il met en valeur son talent pour les rythmes downtempo et le synth funk. Cependant, sa première exploration de musique de club arrive la même année, avec l’EP Tunnel sur Futureboogie Records, ce qui lui vaut l’attention des DJ du monde entier. Son déménagement en Suède lui donne assez d’élan pour entamer une alliance avec le label Local Talk. En 2015, il sort son premier album, Crescendo, acclamé par la critique, les singles Eye Light et Somewhere Else sont désormais des classiques.

La popularité de Crackazat a connu une forte explosion, notamment avec des remixes pour Dave Lee (anciennement Joey Negro), Moulinex et Tom Misch. Son deuxième album sur Local Talk, Rainbow Fantasia, chef-d’œuvre de jazz house, lui permet de toucher un public plus large et de nouveaux projets de remix, dont Defected’s Classic Music. Sur scène, Crackazat se produit en DJ set et live, mettant en valeur ses compétences d’interprète multi-instrumentiste. Ayant déjà soutenu Bonobo & Floating Points, Crackazat place la barre haute avec ses glorieux solos de clavier, sa guitare basse funky et son groove contagieux ! 

Photo de Crackazat par le photographe Mikael Sjoeberg
Crackazat © Mikael Sjoeberg

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artwork cover de l'album Serpentine de 9 Lazy 9
Article précédent

Le groupe 9 Lazy 9 présente Serpentine, son cinquième album

Artwork cover de l'album Butterfly Blue de Mallrat
Prochain article

Butterfly Blue, le premier album de Mallrat