Artwork cover de l'album Serpentine de 9 Lazy 9

Le groupe 9 Lazy 9 présente Serpentine, son cinquième album

3 min de lecture
Démarrer

L’une des plus brillantes formations Italienne de musiques électroniques sort un nouvel album. Avec Serpentine, 9 Lazy 9 célèbre le jazz, l’ambient et la volupté

Crée à Rome en 1991, 9 Lazy 9 est l’un des premiers artistes à signer sur Ninja Tune, le label indépendant de musique électronique créé en Angleterre, en 1990, par Matt Black et Jonathan More, également connus sous le nom de Coldcut. La formation initiale de 9 Lazy 9 est composée de Keir Fraserello et de James Braddell (également connu sous le nom de Funki Porcini, et se produisant sous l’apparence de Giacomo Braddellini, ndlr). Si elle reste peu médiatisée, la musique de 9 Lazy 9 inspire de nombreux artistes et Serpentine, leur cinquième album, tourne en boucle depuis quelques jours à la rédaction…

Serpentine

photographie de 9 Lazy 9
9 Lazy 9 DR

Avant d’unir leurs forces, Keir Fraserello et Giacomo Braddellini font de la musique pendant de nombreuses années, sous différentes formes. Le duo adopte un style décontracté dont les influences englobent le jazz, l’ambient et le hip hop. Au début des années 90, 9 Lazy 9 rejoint Ninja Tune alors que le label n’est encore qu’un placard en métal gris dans un loft délabré de Londres… Opérant à partir de Rome, ils gagnent rapidement le respect avec Paradise Blown (1992), leur premier album. Leur son, distinctement plus ensoleillé que la mer du Nord, est un mélange méditerranéen de vignes fumées et de bons moments en bonne compagnie. Pour Sweet Jones, leur précedent  album, ils ont enregistré dans les collines de l’Ombrie près d’Orvietto, et travaillé avec certains des meilleurs musiciens italiens : Gianluca Petrella (trombone) ; Mishael Levron (guitare) ; Manu Bandettini (flûte) ; Adriano Tirelli (basson).

Avec Serpentine, le groupe s’adjoint les prestations de Roman Villanueva (trompette) ; Roberto Bellatalla (basse) ; Danilo Desideri (sax) et Giorgia Capovivo (trombone). L’œuvre est frontière dans les registres musicaux comme dans les ambiances. De l’électro acoustique aux collages modernes, des prises de sons live aux samples savamment produits, de l’ambient au jazz en passant par les rythmes hip hop, 9 Lazy 9 dévoile une nouvelle merveille : 14 titres, rien à jeter ! Le plaisir est simple, il suffit de lancer la lecture du disque et de tout écouter, au calme, en conscience comme en rêve. Le club de jazz intergalactique de 9 Lazy 9 prend virtuellement possession de votre chaine hifi, ou de vos écouteurs, afin de dévoiler la bande originale d’un film intemporel qui n’existe que dans votre imagination, à écouter sans modération… Quel délice !

Antoine Brettman est un bricoleur d'images et de sons... Son travail s'inscrit dans le courant de l’art vidéo par la réappropriation d'œuvres audiovisuelles, où il exploite la virtualité des images afin de confronter au monde réel son recyclage d'histoires.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artwork cover de Unspoken Words par Max Cooper
Article précédent

Avec Unspoken Words, Max Cooper musicalise les mots que l'on ne prononce pas

Artwork cover de l'album Evergreen de Crackazat
Prochain article

Evergreen, la vraie nature de Crackazat