Artwork cover What do the stars say to you de Ron Trent

Ron Trent devient WARM, le temps de sortir What do the stars say to you

6 min de lecture
Démarrer

Ron Trent signe sous le nom WARM pour présenter What do the stars say to you. Cet élégant projet, qui s’éloigne un peu des dancefloors, accueille des invités tels que Venecia, Gigi Masin, Ivan Conti, Jean-Luc Ponty, Lars Bartkhun ou encore Alex Malheiros

What do the stars say to you, c’est le nouveau projet de Ron Trent, sous le nom WARM. Légende incontournable de la House Music, Trent dévoile une nouvelle et brillante facette de sa palette sonore. Le DJ producteur a récemment donné une interview passionnante sur Bandcamp Daily, via Andrew Parks, où l’artiste revient sur son parcours et la genèse de ce projet…

Ron Trent, figure légendaire de la House Music

Portrait photo de Ron Trent
Ron Trent DR

À l’origine, Ron Trent souhaite devenir architecte, dans la perspective qu’une bonne architecture améliore la qualité de vie des personnes qui y vivent. Si sa route professionnelle se révèle différente, sa carrière adopte cependant sa philosophie de départ, puisqu’il officie comme architecte musical… S’inspirant de l’activité de son père, qui tenait un magasin de disques à la fin des années 1970, Trent entame sa collection de disque, mais surtout, il les étudie avec assiduité et se lance dans le DJing et la production musicale. Son mythique single Altered States, qu’il sort alors qu’il n’a que 14 ans, reste un point de repère majeur dans l’histoire de la Dance Music !

Sous la direction de l’équipe de production house et RnB Hula & Fingers – figures canoniques de la scène musicale moderne de Chicago – Ron Trent développe ses compétences en tant que producteur et musicien, un talent qui se révélera décisif dans son partenariat avec Chez Damier au début des années 1990, particulièrement pour leur label Prescription. Si des artistes tels Jesse Saunders, Marshall Jefferson et Larry Heard avaient élargit le spectre, Trent et Damier produisent à l’époque une douzaine de singles et d’EP basés sur des idées partagées, à propos du son soulful, atmosphérique, percussif et complexe, mais également sur les objectifs philosophiques de la musique, médicinal, palliatif (d’où le nom de leur label), notamment inspirés par le son des clubs New Yorkais et David Mancuso. Leur devise ? Créer tout en étant à l’intérieur du son…

WARM, What do the stars say to you

Portrait photo de Ron Trent
Ron Trent DR

En plus de son propre catalogue, Ron Trent a produit plusieurs artistes majeurs de la musique soul, de tous genres et de toutes frontières, comme Erykah Badu, Jill Scott, Moodymann, Tony Allen, Amp Fiddler, Chucho Valdes, Peven Everett, Jody Watley et 4hero. Ses labels Electric Blue et Future Vision offrent aussi des débouchés pour des productions plus expérimentales. Ron Trent a également fondé SODA en 2016, pour “perpétuer et préserver l’héritage de la musique underground à travers des événements culturels et éducatifs pour les générations futures à venir.” SODA a particulièrement joué un rôle déterminant dans la création de la block party Silver Room et du festival de musique house Move Your Body, offrant aux artistes locaux une plateforme internationale. Sa co-curation antérieure de l’exposition Move Your Body au centre culturel de Chicago a abouti à la sortie en 2019 d’une histoire du légendaire club Music Box.

C’est donc sous ce nouveau nom, WARM, et l’album What Do The Stars Say To You, que Ron Trent réunit des artistes dont il considère partager l’ADN musical : Jean-Luc Ponty, Ivan Conti & Alex Malheriros (d’Azymuth), Gigi Masin et Khruangbin… Ce nouvel album est à l’opposé des premiers disques house produits à Chicago et à Detroit à la fin des années 80. Le mélange d’électronique et d’instrumentation live est particulièrement élégant, sur Sphere, le synthé de Trent berce les mélodies lumineuses du solo de violon de Ponty… Trent a d’abord joué le solo sur un synthé, et Ponty l’a ensuite refait ! Si maturité, musicalité et finesse ne sont pas toujours les adjectifs adéquats en Dance Music, l’album ne fait aucune concession, tout est doux comme du velours, du solo de guitare argenté de Lars Bartkuhn sur Cool Water aux lignes de synthé du pionnier italien de l’ambient Gigi Masin, sur Admira. L’aspect rugueux de la House des 90s s’étoffe désormais de jardins sonores luxuriants. Certes, Ron Trent n’est pas le premier producteur à solliciter des instrumentistes, dans les années 90 Masters at Work sortait Nuyorican Soul, plus tard Carl Craig présentait The Detroit Experiment. Cependant, peu de producteurs avaient aussi délicieusement creusé le spectre. En une dizaine de morceaux, les musiques semblent conçues pour s’harmoniser avec l’esprit, la nature et la vie urbaine. “A must have”, comme ils disent…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Artwork cover du EP Holy Sun de Makèz
Article précédent

Makèz sort un nouvel EP pour Heist Recording

artwork cover de l'album Organ Recital de Bastien Keb
Prochain article

Bastien Keb, sa discographie s'enrichit d'un quatrième album