Amanda Charchian, photographe onirique et érotique

3 min de lecture
Démarrer

La photographe Amanda Charchian s’intéresse à la sensualité féminine, ses travaux capturent l’intimité d’un instant

Après des études de peinture et de sculpture à l’Otis College of Art and Design de Los Angeles, Amanda Charchian s’initie à la photographie. Inspirée par les femmes, son travail aborde l’amour et la féminité, l’intimité et la sexualité. Représentée par la galerie Fahey/Klein à Los Angeles, et la galerie Huxley-Parlour à Londres, et découverte avec sa série Pheromone Hotbox, elle signe désormais des campagnes pour Cartier, Chloé, Versace, Gucci, Bulgari…

Pheromone Hotbox

Originaire de Los Angeles, le travail d’Amanda Charchian s’articule autour de la sensualité, notamment féminine. Découverte en 2015, à la Steven Kasher Gallery de New York, avec Pheromone Hotbox, sa première monographie rassemble des travaux réalisés entre 2012 et 2015, et présente 27 artistes féminines nues, dans des décors naturels à travers l’Islande, la France, le Costa Rica, le Maroc, l’Israël et Cuba.

Fascinée par les phéromones et le fait que le corps humain est un moyen de communication extrasensoriel, l’artiste capture la part de l’être qui ne s’exprime pas par la parole ou le regard. Selon l’artiste, le titre de son œuvre évoque l’instant magique qui se produit lorsqu’une femme photographie une autre femme. Ses photographies, “éroticoniriques”, capturent alors ce moment unique de l’interaction entre l’artiste et le modèle.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

 

En 2018, elle expose 7 Types of Love, un nouveau corpus d’œuvres qui présente des médiations sur les sept catégories d’amour décrites par le psychologue canadien John Allen Lee, à partir d’idées grecques. Ces œuvres combinent sa formation en peinture avec des études de nu contemporain en noir et blanc.

Nous vivons dans un monde où Internet ne peut pas faire la distinction entre nudité et pornographie. Pour moi, c’est un problème. Je ne crois pas à la sacralité de l’intimité quand la dépravation et la honte sont impliquées. (Huffington Post 2017)

Amanda vit et travaille entre Los Angeles et Londres, en plus de ses photographies d’art, elle est également connue pour son travail avec l’univers de la mode : Gucci, Bulgari, Chloé, Lancaster, Cartier, Porsche, Versace, Nordstrom, Glossier, Sony Music, Proactiv, Atlantic Records et Universal Records.  Ce qui lui a valu d’apparaitre dans de nombreuses publications internationales : Vogue, TIME, New York Magazine, AnOther Magazine, The Huffington Post, Interview Magazine, L’Officiel ART, i-D, Purple, Jalouse…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Amanda Charchian (@amanda_charchian) le

Discrète mais observatrice, Michèle Adam préfère les expos aux vernissages.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Un club de strip tease sous-marin à Eilat en Israël
Article précédent

Un strip club sous-marin abandonné ?

Portrait noir et blanc de Sylvester
Prochain article

Sylvester, un documentaire célèbre son œuvre