Vince Watson

Vince Watson – Progress (The Mixes)

6 min de lecture
Démarrer

Vince Watson présente les remixes de Progress, l’un des titres de son album Via (2018). Décliné en deux EPs et quatre versions, The Mixes, convoque la crème de la Deep House

En 2014, le DJ et producteur Vince Watson crée Everysoul. Avec ce label il sort sa propre musique et, au fil des années, se constitue soigneusement un catalogue qualitatif. En 2020, après 4 albums et de nombreux single, il propose des remixes, notamment ceux de l’album Via sortie en 2018. Le morceau Progress se voit ainsi remixé par une incroyable brochette de talents : Joe Claussell, Osunlade, Steve Bug & Langenberg, ainsi que le français Manoo.

Quatre versions, deux EPs

Les quatre remixes sont disponibles en précommande chez Diggers Factory, via deux EPs au format 12″ (140g). La livraison est prévue pour décembre 2020, et le premier volet de The Mixes est consacré aux versions de Joe Claussell et d’Osunlade.


Joe Claussell signe le premier remix. Ce travail, rare, est un jam live d’instrumentistes enregistré avec ses musiciens préférés, comprenant de l’overdubbing des boucles de l’original. Voyage garantit : plus de 11 minutes d’une house très deep. Les somptueux solo de piano enrobent les grooves percussifs et les chants luxuriants. La house convoque la transe et l’épanouissement… Ce remix prolonge l’essence des productions de Spiritual Life Music, pour notre plus grand plaisir.


Sur l’autre face, Osunlade, l’un des maître du deep groove, officie sous son pseudonyme Yoruba Soul, avec lequel il offre un remix plus épuré que celui de Joe Claussell. Tout en conservant la trame originale, qu’il saupoudre de quelques sons de son cru, le DJ producteur dévoile une progression envoutante, dont le groove convient autant à une montée lors d’une détente crépusculaire qu’au rafraichissement d’un dancefloor en plein peak time… Savoureux.


Le 3e remix est concocté par Steve Bug, le boss de Poker Flat, accompagné de Langenberg, son collaborateur de longue date. Dans cette version, foncièrement plus dub, le duo plaque de profonds accords élaborés avec des cordes supplémentaires. Leur rythmique funky déclenche rapidement des hochements de tête syncopés, qui vont jusqu’à surprendre les porteurs de ces mêmes têtes. Ce remix n’a peut-être pas été conçu dans cet état d’esprit, mais l’on peut dire qu’il est aussi bien taillé pour les clubs que pour la route.


ManooManoo, l’un des poids lourds de la house music en France, poursuit son chemin de producteur talentueux. Il complète la série avec une douce version de Progress, façon déclaration d’amour… L’artiste construit son remix avec subtilité, particulièrement dans les cordes, les nappes de synthétiseurs ainsi que les profondes et aériennes lignes de basses. Si l’œuvre empreinte quelques soupçons de ses inspirations (NYC, Chicago, Detroit…), la pâte du DJ est fine et précise. On navigue entre instants mélancoliques et joies spontanées. La rythmique, hypnotique et légère, est semblable à une caresse estivale de l’aurore : un remix parfait pour clôturer un set au petit matin, ou pour se réveiller en douceur. Son remix haute-couture sublime la version originale, à écouter en boucle !

Dans le sillon de Vince Watson

Depuis plus de 20 ans, l’écossais natif Vince Watson distille sa musique auprès des labels influents de musique électronique, et sa carrière s’étend désormais sur de nombreuses plates-formes. 200 sorties plus tard (et pas moins de 11 albums), la polyvalence du producteur se décline sur de nouveaux projets artistiques, ainsi que sur des cycles de conférences. Ses récentes sorties (Cocoon, Poker Flat, Yoruba, Everysoul…) font mouches. Sa première sortie sur Yoruba Records, le label d’Osunlade, a dominé les charts pendant 6 semaines. Le titre a même été remixé par Carl Craig, Joe Claussell, Josh Wink et Osunlade.

2018 est une grande année; Avec Derrick May, aka Rhythim is Rhythim sur Transmat, Vince reconstruit Icon et Kao-tic Harmony. Il signe également un remix sur Poker Flat pour le dernier album de Steve Bug, suivi de près par son 9e album studio Via. C’est aussi l’année de son single Another Rendezvous sur Yoruba, un remake de son classique sur Planet E. L’année suivante est tout autant brillante, Joe Claussell qui l’accueille sur Spiritual Life avec Teardrops, alors que sort DnA, son 10e album, un double LP de 18 titres inspiré par la techno de Detroit. Enfin, à l’automne 2020, il sortira un LP 9 titres pour The Outlaw Oceans intitulé Hope, une commande de Ian Urbina, journaliste d’investigation au New York Times, pour le lancement de son livre. Le projet a depuis été signé par Netflix pour développer une série produite par Leonardo DiCaprio.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

Hollis Parker - Newscapism