Razor-N-Tape sort des remixes de Beam Me Up, le titre culte de Midnight Magic

10 min de lecture
Démarrer

Le label Razor-N-Tape célèbre les 10 ans du titre Beam Me Up, de Midnight Magic, via la production de trois nouveaux remixes, signés Prins Thomas, Kim Ann Foxman et Each Other

En un seul disque, trois nouvelles versions capturent l’essence d’une soirée en club. Chacune de ces interprétations produites par Prins Thomas, Kim Ann Foxman et Each Other, témoigne de la perfection de l’original de Beam Me Up, signé Midnight Magic, les premières expéditions du maxi sont prévue vers le 25 juin 2021 !

  • Beam Me Up (Prins Thomas Diskomiks)
  • Midnight Magic
  • _blank
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/MM_BeamMeUp_Cover_FRONT_1080px.jpg
  • https://razor-n-tape.bandcamp.com/merch/rntr037-midnight-magic-beam-me-up-remixed-12
  • ALL CATEGORIES
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/01-Beam-Me-Up-Prins-Thomas-Diskomiks.mp3
  • Beam Me Up (Kim Ann Foxman's Beam Me To The Basement Mix)
  • Midnight Magic
  • _blank
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/MM_BeamMeUp_Cover_FRONT_1080px.jpg
  • https://razor-n-tape.bandcamp.com/merch/rntr037-midnight-magic-beam-me-up-remixed-12
  • ALL CATEGORIES
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/02-Beam-Me-Up-Kim-Ann-Foxmans-Beam-Me-To-The-Basement-Mix.mp3
  • Beam Me Up (Each Other Remix)
  • Midnight Magic
  • _blank
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/MM_BeamMeUp_Cover_FRONT_1080px.jpg
  • https://razor-n-tape.bandcamp.com/merch/rntr037-midnight-magic-beam-me-up-remixed-12
  • ALL CATEGORIES
  • https://houz-motik.fr/wp-content/uploads/2021/05/03-Beam-Me-Up-Each-Other-Remix.mp3


Les remixes de Beam Me Up

Dès sa sortie en 2010, l’hymne disco signé Midnight Magic fait instantanément l’effet d’un classique, et c’est le cas ! Depuis, le groupe s’est associé avec le label Razor-N-Tape pour célébrer les 10 ans de leur chanson via la production de nouveaux remixes, établissant une fois de plus l’intemporalité du morceau Beam Me Up !

Producteur et remixeur, Prins Thomas a commencé sa carrière inspiré par le hip-hop, l’électro, Arthur Baker et Shep Pettibone. Son spectre musical n’est pas limité à la Dance Music, puisqu’il a également participé à des groupes norvégiens, allant du punk au gospel au heavy metal en passant par le folk et le psychédélique. Figure incontestée de “space-disco” norvégien, le DJ offre un mix tentaculaire et élégant, fondant les éléments mélodiques et psychédéliques sur un traitement rythmique disco plutôt percutant. 8 minutes d’énergie, et une ligne de basse intersidérale !

Une vie riche d’expériences : du titre de Miss Teen Filipina Hawaii à icône LGBTQ, l’artiste Kim Ann Foxman a vécu à New York en passant par San Francisco, et en goûtant à la célébrité en tant que membre original du collectif Hercules and Love Affair. Ces dernières années, elle a joué dans des salles aussi sacrées que Fabric, Berghain, DC-10, Concrete (rip) et Contact, tout en maintenant une résidence dans la Good Room de sa ville natale. Une vie de clubbing qui influence son travail en studio et sa musique, dont une grande partie sort sur son propre label Firehouse. Avec Beam Me To The Basement Mix, Kim Ann emmène la chanson dans un environnement légèrement plus sombre, mais aussi plus dub, superposant les échantillons des synthés vocaux de Tiffany Roth sur un beat lourd, acidulé et palpitant.

Justin Strauss et Max Pask se sont associés pour former Each Other, Bien que Strauss et Pask aient des DJ ensemble à de nombreuses reprises, c’est la première fois qu’ils collaborent sur un projet de production : « Ce que nous essayions de faire (…) c’est de fusionner nos influences avec un clin d’œil à ce que beaucoup considèrent comme « l’âge d’or » de New York », explique Justin Strauss. « Vous ne réalisez pas que ces périodes devenaient des marqueurs importants de l’histoire lorsque nous les vivions ». Pour Beam Me Up, le duo axe sa production sur la batterie et les synthés analogiques pour livrer un mix Disco Ravey, une ode véritable à la New-Wave luxuriante.

Le label Razor-N-Tape !

Razor-N-Tape est un label indépendant basé à Brooklyn, fondé en 2012 par JKriv et Aaron Dae. Avec leur amour mutuel du groove, ils créent un catalogue de près de 100 sorties au cours des 9 dernières années, contribuant à façonner le son de la discothèque moderne de New York. Razor-N-Tape propose des versions d’éditeurs vénérés tels que Dimitri de Brooklyn (alias Paris), Danny Krivit, Eli Escobar, Al Kent… À l’approche du dixième anniversaire, l’accent est principalement mis sur la musique originale, le développement d’artistes, mais aussi de superbes projets de remix comme Beam Me Up Remixed. Pour cette occasion, JKriv répond à quelques questions…

Houz-Motik. Quand, et comment, avez-vous découvert le disco ? Quels titres vous ont touché à l’époque et, à votre avis, pourquoi la musique disco est-elle toujours populaire ?
Jkriv. Je suis arrivé au disco à travers le rock des années 70, dans lequel j’étais quand j’étais plus jeune, ce qui m’a conduit à des groupes de funk comme Parliament et Sly and the Family Stone, qui ont fini par se développer pour apprécier d’autres musiques afro-américaines de l’époque, comme le disco. Mais ma plongée profonde dans le disco est venue un peu plus tard, lorsque j’ai réalisé à quel point la musique était géniale à partir de cette époque, et que j’ai mieux compris la culture des DJ et des clubs. Je me souviens également avoir découvert de longs mix, version 12”, de chansons populaires que j’avais entendues comme This Time Baby de Jackie Moore, j’ai alors réalisé que beaucoup de ce que je savais n’était que la pointe émergée de l’iceberg, et qu’il y avait toute une profondeur de son à l’extérieur de l’oreille du grand public. Le disco est toujours populaire, car il s’agit d’une musique rythmée et joyeuse, il y aura toujours un désir et un besoin pour ce type d’expression et de son.

H-M. La musique se compose d’espaces, ceux entre chaque piste, mais aussi les éléments écrits et les notes non jouées… L’ensemble est une histoire qui suggère beaucoup d’émotion et d’images. Quelle est la place de la lumière dans votre travail ?
J. L’espace est certainement l’un des éléments les plus importants de la musique, quelque chose qui est souvent négligé. Que ce soit dans la façon dont une chanson est mixée, avec tous les éléments à leur place, ou dans la façon dont un morceau de musique se développe… Toutes les meilleures musiques ont une grande sensation d’espace. En tant que producteur, j’essaie de créer cela dans ma musique. C’est toujours un combat, car l’impulsion est souvent d’en ajouter, alors que ce qui fonctionne le mieux est d’enlever des choses pour laisser briller d’autres éléments. Je pense que la même chose pourrait être dite pour un DJ set… La lumière se fait quand on laisse la musique respirer et se développer de manière la plus naturelle possible.

H-M. La mise en valeur des différents espaces d’un club est également essentielle. Vous sentez-vous plus attiré par l’or tamisé du bar, le feu de la scène, le pourpre d’un salon, le stroboscope du dancefloor ou la douce alternance vaporeuse, façon luminothérapie, d’un chill-out?
J. Eh bien… Je suppose que mon endroit préféré est toujours sur scène. Mais j’aime aussi danser et me perdre dans la foule. Je ne fais pas confiance à un DJ qui ne danse jamais ! Mais dans ce cas, c’est toujours si agréable d’avoir ces moments où vous faites une pause dans l’intensité de l’environnement d’un club, vous aller à la rencontre de vos amis pour parler, mais aussi discuter avec des personnes que vous rencontrez au hasard. Et que serions-nous sans le bar ? Haha. Tout cela fait partie de l’écosystème d’un espace club… Je pense que l’on peut profiter de chaque endroit et de toutes ces choses.

Photo de Razor-N-Tape

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

MEDLAR nous propose un nouveau voyage, AERIAL EP

Artwork This Bit Of Earth
Prochain article

This Bit Of Earth, le duo Fish go Deep présente son troisième album