Artwork cover Alvaret

“Alvaret”, Shida Shahabi signe une remarquable musique de film

/
3 min de lecture
Démarrer

Composée par Shida Shahabi, Alvaret est une bande originale pour le dernier court-métrage de Maria Eriksson-Hecht. Ce nouvel EP sort le 26 novembre 2021 sur le label 130701 de FatCat

Après un magnifique premier album, Homes (2018), et son excellente partition pour Lake On Fire, parue l’année dernière, la pianiste et compositrice suédoise Shida Shahabi a de nouveau composé une bande originale, celle d’Alvaret, dernier court-métrage en date de la réalisatrice Maria Eriksson-Hecht. S’éloignant cette fois-ci totalement de son piano, les morceaux sont interprétés par Shida à la basse électrique et au synthétiseur, aux côtés de sa collaboratrice, la violoncelliste Linnea Olsson. Tel un fil d’Ariane chimérique, le traitement sonore appliqué au violoncelle offre aux cinq titres de ce EP un lien parfait entre ciel et terre, entre onirisme et gravité…

Alvaret, une musique de Shida Shahabi

Produit par la compagnie Zentropa de Lars Von Trier, Alvaret est un court-métrage de 20 minutes à propos d’une tragédie, et de la résilience d’une jeune fille à garder sa famille restante unie. Si le film s’affranchit de dialogue, il explore les profondeurs de l’honnêteté à l’épreuve de l’attention et du désespoir. Parfaitement en phase avec la vision de la cinéaste, la compositrice évite l’écueil des cordes sensibles via les tropes évidents de la sentimentalité.

“J’ai travaillé à domicile comme tout le monde pendant la pandémie, donc ma configuration de studio était assez minime avec quelques synthés analogiques, une basse électrique et plusieurs sessions d’enregistrement FaceTime avec Linnea Olsson au violoncelle. Je savais que la bande originale avait besoin d’un sentiment terreux, mais grand, et qu’il était important de créer un son qui décrivait aussi les soins, le chagrin mais aussi une complexité émotionnelle de la relation entre la fille Alice qui prend soin de son père.”

Alvaret, la musique et l’image

L’œuvre installe une distance émotionnelle plus complexe et mesurée, plus froide, proche du paysage insulaire aride du film. Cette partition, lucide et brillante, se prélasse dans une profondeur timbrale en harmonie avec l’espace, où le contenu des cinq pièces révèle un pur concentré de justesse. Déroulant lentement leur propos, chaque note évolue à la manière des nuages ​​​​dans le ciel chaud d’été de ce court-métrage.

En octobre, Shida Shahabi s’est produite au festival Reflektor de Max Richter, et Yulia Mahr à l’Elbphilharmonie de Hambourg. Elle travaille actuellement à l’élaboration de son deuxième album, ainsi que de sa première partition pour un long métrage, que l’on attend avec impatience…

Antoine Brettman est un bricoleur d'images... Ses œuvres s'inscrivent dans le courant de l’art vidéo, dans la réappropriation d'œuvres audiovisuelles, dans l'exploitation de la virtualité des images pour confronter au monde réel son recyclage d'histoires...

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

TRACY HAMLIN
Article précédent

Cranes In The Sky de Solange, repris par DJ Oji et Tracy Hamlin

Arct cover Wine4Melomanes
Prochain article

DJ CAM & Frédéric Beneix présentent Wine4Melomanes, une compilation qui associe musiques et vins