Speakman Sound Hold The Line pack shot

Speakman Sound – Hold The Line

/
12 min de lecture
Démarrer

Les frères Todd et Guy Speakman, du duo Speakman Sound, dévoilent Hold The Line, leur deuxième single

Originaires de Glastonbury, Todd et Guy Speakman dévoilent Hold The Line, leur deuxième single. La sortie fait ainsi suite à leur collaboration avec Simo Lagnawi (chants et rythmes religieux nord-africains), le musicien Gnawa soutenu par NOWNESS, notamment via le clip récompensé par Staff Picks sur Vimeo. Sans compte les remixes, signés Yousef ou encore Chambray (qui a collaboré avec Laurent Garnier), qui ont rapidement suivi, positionnant Speakman Sound comme l’une des formations les plus prometteuses.

Pour cette nouvelle aventure teintée d’onirisme, le duo retourne à ses premières amours. Plus axées dancefloors, elles témoignent d’une éducation musicale dont les racines se situent dans les rave illégales, où les rythmes flirtent avec les voix…

L’univers de Speakman Sound

En 2017, leur premier single In Flight est salué par Lauren Laverne de BBC Radio 6 comme l’un de ses titres de l’année. Dès lors Speakman Sound enchaîne les bonnes critiques, ainsi qu’une performance lors d’une scène découvertes BBC au Glastonbury Festival, récoltant alors le soutien de médias comme Mixmag, Wonderland, CLASH Music, Rinse FM, ou encore Complex.

«Nous avons grandi avec ce background de culture rave, de festival et d’expérimentation psychédélique. Des années 90 aux années 2000, nous avons constamment été exposés à des groupes comme Eat Static, The Prodigy, Roni Size Reprezent, Aphex Twin, The Chemical Brothers, Pacman, DJ Shadow etc. C’est dans cette musique électronique underground et expérimentale que notre duo trouve son confort. Nous pensons que cette dernière création est probablement la plus honnête que nous ayons jamais créée ensemble ».

Un disque confiné…

Sorti via Ears To Learn With Records, leur propre label, Hold The Line naît au milieu de la pandémie de COVID-19, période pendant laquelle les deux frères sont séparés plusieurs semaines. Si bien que le duo Speakman Sound enregistre alors à distance, partageant ses idées grâce aux outils numériques, et se concentrant sur l’exploration de leurs archives d’échantillons, notamment des samples de batterie, associée à une étude plus approfondie des arrangements expérimentaux de synthés…

«WeTransfer est devenu notre meilleur ami ! Nous nous sommes envoyé nos idées avec des fichiers à éditer. C’était un peu comme une libération de l’espace, chacun à imprégner les morceaux de ses idées, ce qui, selon nous, a contribué à rendre notre production encore plus honnête ».

Un duo bien entouré

Après le confinement, Todd et Guy Speakman se retrouvent dans leur studio du nord-ouest de Londres, discrètement situé à l’angle d’une rue dont on a l’impression qu’elle n’a pas évoluée depuis 1950, pleine de mécaniciens, de commerçants et de pubs vieillissants. Là, ils élaborent leur univers artistique, entourés d’une ribambelle de musiciens créatifs et de cinéastes. Un lieu où ils invitent de talentueux artistes à créer et collaborer. Ce studio, ils l’ont méticuleusement élaboré pour permettre une approche plus organique de leur musique, c’est ici que naît leur label Ears To Learn With Records.

Nous espérons que notre musique prodigue un sentiment d’évasion – comme un portail vers un champ boueux tard dans la nuit, ou dans un entrepôt miteux plein d’énergie et d’expression.

La Playlist de Speakman Sound

Afin de découvrir davantage leur univers musical, Todd et Guy Speakman ont concocté une playlist constituée de titres (récents et anciens) qui les accompagnent au quotidien… Entrez dans leur studio, installez-vous à leurs côtés sur le vieux canapé, et écoutez ces 10 titres, une bière fraîche à la main…

-1- Daphni – YE YE

“Ce morceau est vraiment bien produit. Il comporte tellement de textures… Le son si nostalgique du rap contraste avec une ligne de base progressive, cela crée un contraste sonore unique qui nous emmène loin. Le morceau est toujours en train de se construire, comme un récit irrésolu, et c’est ce que nous aimons dans la musique de danse.”

-2- The Prodigy – Breath

“Nous avons tous les deux eu la chance d’assister au concert de The prodigy à Glastonbury quand nous étions plus jeunes ! C’est l’un des spectacles qui a eu le plus d’impact sur nous, avec Roni Size Represent que nous avons vu au Ashton Court Festival à Bristol. Voir l’incroyable énergie la musique de danse électronique jouée avec des instruments live devant des foules immenses a vraiment été une source d’inspiration pour nous ! Nous adorons écouter ces musiques de notre enfance, entendre et comprendre comment les pauses et les rythmes sont fabriqués. En ce moment des morceaux comme celui-ci figurent régulièrement sur nos playlists.”

-3- Harvey Sutherland – Bamboo

“Ce morceau est un Serious Roller, le groove est lourd ! Le mix entre tous les éléments rythmiques est excellent. Le son est classe, nous apprécions le mélange de batterie live et programmée, c’est quelque chose qui est aussi au cœur de notre son.”

-4- John Talabot – So will be now ft Pional

“La prod vocale de ce morceau est dingue ! Quelque chose entre les lignes de basse et les réverbérations des synthétiseurs nous transporte dans les raves bétonnées de Londres. Ce track parvient à créer un récit qui est inconsciemment alimenté par l’auditeur, la voix au centre ne bouge pas et ne s’arrête presque jamais, et la musique qui l’enrobe devient de plus en plus large…”

-5- Floating PointsVacuum Boogie

“Plastic People, Plastic People, Plastic people… ! Nous avons tous les deux eu la chance de vivre 4 bonnes années d’ouverture de ce club dans l’est de Londres. Nous y emmenions nos derniers tracks sur CDR en espérant pouvoir les entendre sur ce système assez phat ! On a dû y voir des lives des dizaines de fois au cours de ces années, Floating Points notamment. Cet air définit vraiment ces moments, c’est une source d’inspiration pour nous !”

-6- Fourtet – Parallel Jalebi

“Four Tet est l’un de nos producteurs électroniques préférés et l’une nos plus grandes influences. Ce morceau est un parfait exemple de son talent. L’utilisation de l’échantillonnage est tellement unique. C’est un vrai sorcier du son, capable de mélanger habilement des couches et des couches de sons complexes, et c’est particulièrement le cas de ce morceau. Plus les couches sont ajoutées, plus l’humeur des changements devient sentimentale, comme si l’on tombait dans des pleurs, ou quelque chose comme ça…”

-7- Wayne Shorter – JUJU

“Une plongée dans le catalogue du batteur préféré de Todd, Elvin Jones. Todd a longuement exploré cette ère particulière du jazz, car il aimait le son modal que les joueurs exploraient alors. Les musiciens sur cet album ont l’impression de planer dans une conversation fluide, quelque part dans l’intergalactique !”

-8- Tony Allen – Niaja Breaks

“Tony Allen, malheureusement décédé le mois dernier, est un autre des batteurs préférés de Todd. Beaucoup de ses chansons nous ont accompagné. Son style de batterie semble si facile qu’il donne l’impression de flotter dans le temps, plutôt que d’être collé à une sorte de métronome rigide. N’empêche qu’il reste groovy comme une bonne baise, et sur ce track là, le montre carrément !”

-9- Guess who’s coming to dinner – Black Uhuru

“C’est notre alimentation de base lorsque le soleil est chaud… nous avons tellement transpiré en rénovant notre studio ! Black Uhuru est l’un de nos pères favori. On l’écoutait souvent pendant l’été quand nous grandissions à Glastonbury, en fin de journée, avec un feu de camp et ses morceaux reggae mais aussi King Tubby et Lee Scratch Perry.”

-10- DJ Shadow – The Number song

“La construction rythmique est juste incroyable, et l’utilisation du break live est folle ! La ligne de basse est lourde, c’est super ! L’album auquel appartient ce morceau est une tuerie, tout est fou dans ce disque. Encore un incontournable de notre playlist du moment.”

Antoine Brettman est un bricoleur d'images... Ses œuvres s'inscrivent dans le courant de l’art vidéo, dans la réappropriation d'œuvres audiovisuelles, dans l'exploitation de la virtualité des images pour confronter au monde réel son recyclage d'histoires...

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

박혜진 Park Hye Jin - How can I

Prochain article

“SAUVONS LA FÊTE, AGISSONS !”