Artwork Loveshadow

Loveshadow, un duo, un premier album, un bijou

2 min de lecture
Démarrer

Le duo Loveshadow a sorti son premier album éponyme en juin 2021, sur le label Music From Memory, un pur moment de douceur

Accompagné d’illustrations de Julia Dufossé, Loveshadow est sorti le 21 juin 2021 dans l’écrin bandcampesque de Music From Memory, aux formats vinyle (8 titres) et numérique (9 titres). L’album explore les tendances émotives DIY de la Pop et du Funk, en rendant hommage aux musiques appréciées par les membres du duo, notamment celles produites entre la fin des années 70 et la première moitié des 90s, et en n’oubliant surtout pas de célébrer leur propre rencontre…


Loveshadow

Basés à San Francisco, Anya (chanteuse et compositrice) et Izaak (synthétiseurs, basse et percussions) forment le duo Loveshadow. Ils se rencontrent alors qu’ils travaillent dans un café d’Oakland, en 2016. Les deux Californiens se lient rapidement d’amitié, notamment autour d’un morceau d’Aurra, remarquable groupe disco des années 80. Dès lors, ils commencent à écrire de la musique et créent leur propre univers, se rapprochant au maximum du son qu’ils recherchent, tout découvrant l’incroyable pouvoir de guérison que permet la création et l’écoute de la musique, ensembles ou seuls…

Après un très intéressant premier EP, sous le nom de S Transporter (Portage Garage Sounds, 2019), aux côtés de leur ami de Detroit Ryan Spencer, Loveshadow a principalement été enregistré dans la région de la baie de San Francisco entre 2017 et 2020, ainsi qu’au cours d’un voyage à New York, Chicago et autour de Portland… Les émotions font leur chemin dès l’ouverture luxuriante de 7. Puis vient No Control et l’on s’abandonne pleinement à l’écoute du disque et de ses variations… Lorsque More déroule son histoire, on sourit à l’idée que la voix d’Amanda Lear aurait été parfaite pour une cover ! L’entrainant Pleasure Idler nous donne envie de danser, le très beau Tableaux Vivant nous emporte dans les nuages, ou sous les draps… Particulièrement ravissant ce premier album, sans oublier le très beau January, en bonus digital.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

code

Article précédent

Freak Seven sort Ya Bosmang, un magnifique premier album

Artwork du EP Highly conductive rhythms, de Felipe Gordon
Prochain article

Felipe Gordon, un nouvel EP House pour le producteur Colombien